LE SYSTEME NERVEUX ENTERIQUE ou LE DEUXIEME CERVEAU

Publié le par logo



La digestion des aliments n’est pas la seule fonction de l’intestin.
Il contient plus de 100 millions de neurones, sécrète au moins 20 neurotransmetteurs identiques à ceux que l’on trouve dans le cerveau, produit 70 à 85% des cellules immunitaires de l’organisme et héberge 100 000 milliards de bactéries.


Le cerveau abdominal ou Système Nerveux Entérique (SNE), est composé de neurones sensoriels (mécano-, thermo-, chémorécepteurs), d’interneurones, et de neurones sécréto-moteurs.

L’étude de ces neurones a donné naissance à une nouvelle science, la neuro-gastro-entérologie.
Les deux plexus du SNE sont formés de ganglions (amas de corps neuronaux) reliés par des fibres nerveuses réalisant un cerveau en réseaux.
•Le plexus myentérique, entre les deux couches musculaires de l'intestin, commande les contractions.
•Le plexus submuqueux , surtout présent dans le grêle, entre les muscles et la muqueuse, contrôle les sécrétions.
Ils sont reliés à l'encéphale par le nerf vague et assurent une fonction sensorielle.


Le Pr. Michael Gershon affirme que le neurotransmetteur principal de ce système est la sérotonine.
Mais cette molécule est loin d'être le seul neuromessager produit et utilisé par l'appareil digestif : Des travaux récents de John Furgess et Marcello Costa (en Australie) ont permis d'en identifier une vingtaine: les mêmes que ceux du cerveau.

Le Système Nerveux Entérique (SNE), tel un véritable cerveau, contrôle les principales fonctions digestives.

Il commande le péristaltisme, ces contractions qui, en se propageant d'un bout à l'autre du tube digestif, y assurent le transit.

Il régule, enfin, les fonctions intestinales aussi diverses que la motricité digestive, la sécrétion hydroélectrolytique de la muqueuse ou la circulation sanguine, à la fois en physiologie et en physiopathologie.

Néanmoins son rôle dans le contrôle de la barrière épithéliale intestinale (BEI) est encore largement méconnu et ce, plus particulièrement chez l’homme. Le rôle de la BEI est une fonction vitale du tube digestif car il doit à la fois permettre le passage de nutriments à travers l’intestin mais aussi empêcher le passage d’agents pathogènes ou toxiques dans le corps.

Les recherches prouvent que les neurones du SNE ressentent, véhiculent des messages et communiquent avec la circulation locale, les cellules immunitaires et certains organes comme le pancréas et la vésicule biliaire.

Par sa structure et sa chimie, ce SNE est donc un cerveau à part entière en communication permanente avec l'autre, souffrant des mêmes maux et capable de lui transmettre les siens en générant des émotions.
La connexion cerveau/intestin (SNC/SNE) à travers le nerf vague crée une relation complexe entre les deux systèmes nerveux.

Publié dans Sciences de la Vie

Commenter cet article