Manipulations ... encore et encore

Publié le par logo

[...]

Le monde n'est pas sous tranquillisants, il est sous somnifères. N'avez-vous jamais essayé de réveiller, au plus fort de la nuit une personne qui a avalé un somnifère? Ou peut-être cela vous est-il déjà arrivé ? C'est pénible, presque douloureux.

- Réveillez-vous, la maison est en feu !
- Foutez-moi la paix ! Laissez-moi dormir !

Dans le meilleur des mondes d'Aldous Huxley des " ingénieurs en émotions " fabriquaient déjà des documents qu'on appelait pas encore audio-visuels, destinés à maintenir les gens en état d'inconscience. Quand ces mêmes personnes résistaient au traitement il restait la pilule de " soma ", une drogue sans effets secondaires.

Ces drogues existent, on les appellent tranquillisants. De temps en temps les médias scientifiques nous disent que les scientifiques sont très près d'aboutir dans leur recherche visant à créer " la pilule du bonheur ". Vous ne rêvez pas. Tout cela est bien réel. Mais, pour tout vous dire, plus ça va et plus les scientifiques m'ennuient, carrément, avec leur absence de valeurs morale, d'idéal et même tout simplement de rêves.

Quelque fois on a envie d'éclater de rire. La grippe aviaire, sur laquelle j'insistais déjà dans mon site depuis mai 2005 est à nos portes. Si vous ne savez pas où est la Croatie, consultez votre Atlas. C'est à mille bornes de chez nous, sur la côte est de l'Adriatique.

Progression de la grippe aviaire en date du 23 octobre 2005

Mais " toutes les précautions ont été prises ". Et c'est là qu'on assiste à la télévision à un gag inimaginable. Un " représentant des services vétérinaires français " est appelé dans un champ où on a trouvé une pie morte. Muni de gants de caoutchouc il la ramasse avec précautions et la met dans un sac plastique. Puis, au lieu d'enlever ses gants et de les mettre dans ce même sac, il les garde et commence à écrire son rapport en manipulant avec ceux-ci le stylo et l'imprimé sur lequel il écrit. La fin de la séquence ne montre pas si, en quittant les journalistes il leur serre ou non la main avec ces mêmes gants !

Qui a monté ce dossier ? Dans quel cirque a-t-on été pécher ce représentant "des services vétérinaires ? ". Quel commentaire faire ? Comme je l'ai déjà écrit :

Entre l'alarmisme et la cécité, où le trouve la bonne position ?

Je n'en sais pas plus que vous. Il existe un lexique permettant de traduire les déclarations officielles. Ainsi par exemple :

- Les responsables de ces méfaits seront poursuivis, quellle que soit la position qu'ils occupent.

signifie :

- Soyez assurés que nous ferons tout pour étouffer cette affaire.

Autre exemple :

- Un train de mesures sont en préparation, dont l'application progressive devrait permettre à la situation de s'améliorer.

signifie :

- Nous ne savons absolument pas quoi faire et on vous dit n'importe quoi ...

Enfin :

- Le risque doit être considéré comme extrêmement faible et de toute façon toutes les dispositions ont été prises.

est à traduire par :

- Nous ne savons absolument pas ce qui risque de nous tomber dessus et de toute façon nous sommes dans un état d'impréparation quasi total

[...]

Le titre de cette page était dévolu aux manipulations médiatiques. J'ai deux séquences à vous proposer. La première a été diffusées sur TF1 le 14 octobre. Bush s'est planté connement. Alors qu'il dégringole dans les médias il a voulu présenter une dialogue " très ouvert " avec des membres du corps expéditionnaires en Irak. Des Marines " tous beaux, tous propres " avec une belle brune, à gauche, comme si toute les soldates étaient des canons ! Mais on n'a pas pris un boudin. Le commentaire nous annonce que cette interview était " très positive " et que le moral des troupes américaines semblait, là-bas, au beau fixe. Et puis, patatras, la bande continue et toutes les chaînes de télé américaines diffusent la répétition générale de cette séquence où on voit une représentante du Pentagone vérifier que les soldats connaissent bien leurs répliques, apprises par coeur.

Une erreur de manipulation ? Peut-être. Cela peut être aussi un geste d'un technicien, excédé par tant de mensonges. Le Pentagone ... a présenté des excuses au peuple américain. Mais comment peut-on se relever d'un truc pareil, politiquement !? Cela dépasse l'entendement.

Extrait du journal de TF1 de 13 h en date du 14 octobre 2005

La seconde séquence a nécessité un travail de la part d'un de mes collaborateurs, Mattew Pearlson. La télévision française a diffusé deux documents, concernant le 11 septembre. Le premier est le scandaleux " Le 11 septembre n'a pas eu lieu ", diffusé sur Arte en 2004. Il est possible que ce film traîne sur des trucs comme Emule. Le second est un document où le concepteur des twin towers, des tours jumelles du World Trade Center explique "Pourquoi les tours se sont effondrées". C'est le titre du document. Cela serait dû, selon lui, "à une erreur de conception au départ". Nous sommes en train de décortiquer ce film, plan par plan, thème par thème. Ces analyses vous seront présentées sur le site, dans des pages htm, avec de courtes séquences sous forme de gif animés. On ne peut pas prélever des éléments de ces documents vidéos qui font l'objet de droits de la part de leurs concepteurs et des chaînes qui les ont produits ou diffusés.

D'ores et déjà, sachez que le document sur les tours n'est pas plus crédible que celui qui avait été diffusé précédemment par la chaîne Arte. Les concepteurs nous expliquent que pour disposer de la plus grande surface de bureaux possible les éléments porteurs avaient été disposés en périphérie. Ces tours sont construites comme des cages avec des barreaux ondulés, soudés les uns aux autres. Cette technique a permis une édification très rapide. On monte les éléments, on les soude, etc. Selon le concepteur même des twin towers les planchers, constituant une structure relativement légère, sont alors accrochés à cette structure porteuse externe. Au centre se trouvent également une structure porteuse, plus classique, dont cet homme parle peu, et qui abrite les ascenseurs et les escaliers.

La thèse du concepteur est qu'en pénétrant dans les tours les avions auraient non seulement affaibli les planchers "qui seraient tombés les uns sur les autres en se décrochant" mais "l'explosion du kérosène aurait arraché l'épais revêtement anti-incendie qui protégeait ces structures". Bref, cela aurait donné ce que vous avez vu : cette descente spectaculaire des deux tours, s'effondrant sur elles-mêmes, droites comme des " i ".

Le concepteur tente alors de nous expliquer ( je vous montrerai tout cela avec les images et des séquences gif ) comment la désolidarisation des planchers aurait affaibli la structure externe. Il montre deux maquettes. La présence de "planchers " permet à la première tour de supporter de fortes charges. Dans la seconde les planchers sont absents. La "tour" ( sa maquette ) s'affaisse alors mais, ce qui apparaît gros comme le nez au milieu de la figure, elle plie en se vrillant. J'ai été ingénieur et j'ai quand même quelques lumières concernant la résistance des matériaux et les structures. Un tel phénomène s'appelle le "flambage d'une structure". Or, si cette thèse était correcte il n'y aurait absolument aucune chance pour que le flambage conduise à un effondrement vertical, d'autant plus que l'incendie ne concernait pas toute la structure de l'étage, mais seulement un côté. Les tours auraient plié ( comme cela se produit avec la maquette que notre bonhomme nous montre et qui, de ce fait, nous présente le contraire de ce qu'il voulait démontrer ! ). Il ne faut pas être Sherlock Holmès pour voir tous ces détails dans le film. On doit aussi se rappeler que le bâtiment n°7 s'est lui aussi effondré verticalement, dans le plus style des " controlled demolitions " alors que sa structure était totalement différente, classique. Il n'avait en outre été l'objet d'aucun impact d'avion. L'incendie dont il a été l'objet était mineur. Les photos disponibles le montrent. Ajoutez que le rapport de l'enquête officielle a tout simplement omis d'évoquer ce funeste destin de ce bâtiment N°7, qui atteignait quand même la moitié de la hauteur des deux tours jumelles.

Il va falloir monter tous ces documents. C'est un gros travail. Heureusement mes collaborateurs extrairont les courtes séquences des vidéos et les convertiront en gif animés.

Mais il y a une séquence qui est présente à la fin du second film diffusé en 2004 sur une chaîne française. Après cette brillante démonstration technique le film se termine par des images au ralenti, sur fond de musique de violon. C'est ce genre de morceau qu'on doit entendre dans un crématorium. On y voit les tours "blessées à mort par les impacts d'avions" s'effondrer au ralenti, en musique. Mais il y a une chose qui a aussitôt attiré mon attention. Si vous en doutez, vous pourrez vous-même aller rechercher à la fois le film diffusé et les vidéos disponibles, maintes fois diffusées. Il s'agit de cette séquence où on voit un des avions frapper l'une des tours ( en fait il y en a quatre et cette lueur fugitive est présent sur les quatre, comme montré dans le document " painful deception " diffusé par Jimmy Walter et son équipe. Le document diffusé sur une chaîne française ( France 2 ? Date ? ) reprend cette séquence en la présentant au ralenti mais, chose étonnante, la lueur n'apparaît plus.

Attendez que la séquence gif animé se charge. Voilà ce que cela donne.

 

A gauche, la séquence originale. A Droite la séquence diffusée part Arte : le flash a été supprimé !

Vous remarquerez aussi qu'on voit nettement ce container accroché sous l'avion, qui n'est pas un avion de ligne mais un avion militaire. Qui se trouvait dans cet avion ? Mais personne. Il était piloté automatiquement en effectuant un " homing " sur une radio-balise. N'importe quel pilote professionnel vous dirait qu'il serait bien incapable, en volant au ras de gratte-ciel à 650 km/h de faire un tel carton, en pilotage manuel, en plus en virage avec une inclinaison très prononcée. Et on voudrait vous faire croire que des terroristes-pilotes disposant d'une formation plus que sommaire auraient pu réussir ce que des professionnels déclarent être incapables de faire !

Comme signalé par un de mes lecteurs, Serge Bougaieff on dispose d'une photo à l'impact qui vient du site de CNN, qu'on ne peut pas taxer de conspirationnisme :

http://www.cnn.com/SPECIALS/2001/trade.center/gallery/unimaginable.html

Voilà cette photo :

L'image de l'impact telle qu'elle apparaît dans le site de CNN


M
ais pourquoi cette lueur ? Ce container ?

Il y a une explication. Les Twins ont effectivement une structure porteuse externe, qui les " protège " en quelque sorte comme des corsets étroits. Bien sûr, grâce à son énergie cinétique l'avion avait toutes les chances de réussir à pénétrer à l'intérieur. Les moteurs, les longerons des ailes constituent des structures dures. Les axes des turboréacteur, en acier, se comportent à une telle vitesse comme de véritables poinçons ( mais ils ne semblent pas avoir eu cette efficacité lors de l'impact du "Boeing 757" sur le Pentagone ). La partie problématique c'est le fuselage dont l'avant, en alliage léger est comparable à du ... papier de chocolat. Alors, pour s'assurer que le fuselage pénétrera bien pourquoi ne pas tirer un missile "au contact" avec la technique du "tir au contact", déjà évoquée dans le dossier consacré au Koursk. Notez que s'il en est ainsi on voit mal notre "pilote débutant" réalisant ce tir pile-poil au bon moment, au centième de seconde près. Tout ceci ne pouvait qu'être commandé automatiquement par un télémètre radar intégré au pod, au container ventral.

Mais alors, où était le véritable avion ? Qu'est-il advenu de ses pilotes ? de ses passagers ? des terroristes filmés lors de leur embarquement ?

Détails que tout cela. Quand on décide de tuer des milliers de ses concitoyens pour se créer un " Pearl Harbour " à domicile hésiterait-on à faire disparaître un ou plusieurs appareils quelques dizaines de personnes de plus ? Il aura suffi qu'un agent dépose, à quelques blocs de distance des tours, intact et bien en évidence, le passeport de Mohamed Atta.

Vous imaginez ce brave type, disposant de quelques heures d'entraînement sur avion de tourisme monomoteur, amenant un avion de ligne lourdement chargé pile dans la tour, de plus en virage prononcé (...) et qui, au dernier moment, lâchera it à 650 km/h son passeport par la fenêtre de l'appareil. Est-ce que vous avez une seule seconde imaginé le courant d'air que produit, dans une cabine de pilotage, l'ouverture d'une des fenêtres à 650 km/h.

Rien de tout cela ne tient debout, rien.

Pourtant j'ai reçu quelques messages de lecteurs "qui s'étonnent qu'un scientifique de ma qualité donne dans des telles opérations de désinformation"

- Vous avez votre propre explication ?
- Bien sûr. Il y a longtemps que ma conviction est faite.
- Cela veut dire que vous avez constitué votre propre dossier ?
- Tout à fait !
- Alors vous allez pouvoir nous en faire profiter. Je suis prêt à vous ouvrir mes colonnes, comme je l'avais fait il y a un an pour l'informaticien Jean-Sylvain Delroux qui put ainsi tout à loisir développer ses explications, fort originales au demeurant.

J'attends toujours.

L'histoire abonde de monstruosités. La différence est qu'on n'en prend connaissance de 40 ans après. Regardez le témoignage ( Source : numéro spécial de Science et vie de novembre 2004, consacré à la guerre d'Algérie ) de Delouvrier, Haut Commissaire de la République en Algérie, sous les ordres directs de de Gaulle, avouant avant de mourir qu'avec la complicité des sociétés pétrolières françaises il avait arrosé le FNL pour éviter que celui-ci ne plastique le gazoduc qui amenait, depuis Hassi-Messaoud le "gaz français" jusqu'au port de Bougie, sur la Méditerranée.

Mais, même quand les responsables sont encore vivants, personne ne bouge, pas un journaliste ne pipe mot. On installe à l'Académie Française, on décore et on redécore un Ministre des Armées qui couvrit des négligences qui furent autant de crimes. Nous avons à la tête de l'Etat non pas un homme politique mais un simple voleur, qui ne doit d'échapper à sa mise en examen qu'à la prolongation de son immunité parlementaire.

Les hommes de la Terre choisiront. Si tous décident de continuer à fermer les yeux devant les mensonges qu'on étale quotidiennement devant eux alors ils payeront le prix fort. Des désordres effroyables seront à venir, à côté desquels nos précédentes guerres mondiales ressembleront à des distractions de cour d'école et cela à une échéance de peu d'années.

Les mesures à prendre ? Elles sont à la fois simples et relèvent de l'utopie. Il faudrait faire exploser les secrets bancaires, faire disparaître les états receleurs (pensez à l'ouvrage de Ziegler, qui sait de quoi il parle puisqu'il est originaire de ce pays, qui publia : " La Suisse lave plus blanc " ). Les techniques informatiques actuelles, en s'inspirant du célèbre moteur de recherche " Google " font qu'il serait techniquement possible de faire en sorte que tout homme de la Terre puisse avoir accès quasi instantanément à toutes les transactions bancaires, à tous les comptes des individus et cela dans le monde entier. Au moins pour les transaction et les comptes les plus importants. La transparence, la vérité économique sortant, nue, du puits glauque, putride où elle se tapit. Je crois que c'est l'écologiste René Dumont qui avait écrit jadis :

L'utopie ou la mort

Le message est toujours valable. Mais cette fois l'échéance court sur moins de cinq ans, sache-le.

Faute de pouvoir faire voler en éclat le secret bancaire, nous essayerons de mener des contre-enquêtes sur les sujets les plus hard. Champion toutes catégories, le premier des "dominos" : l'affaire du 11 septembre 2001, sur laquelle je consacrerai maintenant le plus d'énergie. Le but : mettre en ligne tous les éléments d'appréciation disponibles y compris ceux qui se réfèrent aux lamentables émissions tentant de soutenir la thèse officielle, dont certaines représentent la honte de la profession journalistique, comme le fameux " Le 11 septembre n'a pas eu lieu ", produit par la chaîne Arte "..si courageuse, si intégre, sans concessions.."

-------

tiré de http://www.jp-petit.com/Divers/PENTAGATE/REOPEN911/image_effacee.htm

Commenter cet article