Le plateau de Marc-Olivier Fogiel envahi par des soutiens de Dieudonné

Publié le par logo

PARIS (AP) - L'émission "On ne peut pas plaire à tout le monde" sur France-3 a commencé dimanche avec une heure de retard et dans un studio annexe, sans public, après que des manifestants répondant à l'appel de Dieudonné, selon le présentateur Marc-Olivier Fogiel, eurent envahi le plateau habituel.

France-3 a rediffusé pendant une heure l'émission de la semaine précédente, avant que Marc-Olivier Fogiel ne reprenne l'antenne vers 21h45 pour présenter l'émission avec ses invités en direct depuis un studio annexe ne voulant pas donner la parole à des gens qui "veulent prendre en otage l'antenne".

Le présentateur a expliqué que quelques minutes avant le début de l'émission des manifestants disant agir à l'appel de Dieudonné avaient envahi le plateau. D'après lui, l'humoriste a appelé à la manifestation mais s'est dit débordé par les événements.

Selon Marc-Olivier Fogiel, les manifestants protestaient contre sa décision de faire appel de sa condamnation pour injure raciale à la suite d'un sms diffusé durant l'émission.

En septembre dernier, la cour d'appel de Paris avait confirmé la relaxe de Dieudonné rejugé pour "diffamation raciale" pour avoir caricaturé un juif extrémiste au cours d'"On ne peut pas plaire à tout le monde" en 2003. AP

Commenter cet article

Pierre 11/10/2005 14:44

mardi 11 octobre 2005, 10h53
Dieudonné et Fogiel s'affrontent par radios interposées

agrandir la photo


PARIS (AFP) - Dieudonné et l'animateur de France 3 Marc-Olivier Fogiel ont continué à se défier lundi sur les ondes de RMC et Europe 1, sans échanger directement, après l'envahissement dimanche soir du plateau d'"On ne peut pas plaire à tout le monde" par des partisans de l'humoriste.

"Comment se fait-il qu'on finance ce genre d'émission avec l'argent public alors que cet homme est condamné ?", s'est interrogé Dieudonné sur RMC.


agrandir la photo

Selon lui, Marc-Olivier Fogiel, qu'il accuse notamment d'avoir fabriqué et diffusé à l'écran un SMS à caractère raciste, aurait dû être "écarté". Il a cité plusieurs cas où des animateurs ont été exclus de l'antenne pour des fautes plus vénielles.

Marc-Olivier Fogiel et France 3 avaient diffusé un SMS présenté comme émanant d'un téléspectateur mais qu'un collaborateur de l'émission a ensuite reconnu devant la justice avoir lui-même rédigé. Le message était ainsi formulé: "Dieudonné, cela te ferait rire si on faisait des sketches sur les odeurs des black ?". Condamnés en première instance pour cette diffusion, la chaîne et l'animateur ont fait appel.

Dieudonné, qui avait appelé à une manifestation devant le studio où se tournait dimanche soir l'émission de Marc-Olivier Fogiel, s'est refusé à condamner formellement l'envahissement du plateau par une cinquantaine de manifestants, assurant qu'il comprenait l'"indignation" de ses partisans.

Il a souligné par ailleurs qu'il était venu personnellement sur les lieux pour tenter de calmer le jeu, à la demande de la police, en apprenant l'incident.

De son côté, Marc-Olivier Fogiel, tout en se refusant à dialoguer directement sur les ondes avec Dieudonné, a jugé "déplorable" d'être montré du doigt par quelqu'un qui veut "faire un coup médiatique".

Il a souligné qu'il avait demandé une protection après avoir été averti par des amis que des extrémistes, au sein de la communauté noire, voulait lui "faire la peau".

L'animateur s'est d'ailleurs défendu d'avoir diffusé un SMS à caractère raciste, estimant que ce dernier avait été "mal compris". Selon lui, il s'agissait simplement d'interroger Dieudonné sur ce que serait sa réaction face à un humour "odieux" et "déplacé" envers des Noirs. Assurant qu'il n'a lui-même proféré aucun propos raciste, Marc Olivier Fogiel n'a aucune intention de quitter l'antenne, même s'il est condamné en appel.

Interrogé sur Europe 1, Geneviève Giard, directrice générale de France 3, a souligné sa solidarité avec l'animateur. Elle a indiqué que France 3 allait à son tour porter plainte "contre ceux qui ont envahi le plateau" et s'est déclarée "touchée et outrée par la violence des propos de Dieudonné".

"En demandant la tête de Marc-Olivier Fogiel à la chaîne, Dieudonné outrepasse le droit que le juge lui a reconnu", a déclaré Geneviève Giard.

De son côté, le ministre de la Culture et de la Communication, Renaud Donnedieu de Vabres, a également condamné l'envahissment du plateau, tout en soulignant qu'on avait "le droit de considérer que des propos sont attentatoires à ses principes".

Ce n'est pas le premier démêlé qui oppose Dieudonné et Marc-Olivier Fogiel. Dans un numéro d'"On ne peut pas plaire à tout le monde", diffusé le 1er décembre 2003, Dieudonné avait mis en scène, dans un sketch litigieux, un juif orthodoxe en treillis militaire se livrant à une violente diatribe contre les musulmans et appelant le public à rejoindre "l'axe américano-sioniste". Ce sketch avait suscité des réactions très vives dans le public, parmi les associations antiracistes et jusqu'au plus haut sommet du gouvernement. Le comédien, poursuivi pour diffamation raciale, avait été définitivement relaxé le 7 septembre.