Le MEG : une machine à énergie libre

Publié le par logo

Générateur Électromagnétique sans Mouvement

(Motionless Electromagnetic Generator)

Qu'est-ce que c'est ?

C'est un générateur électromagnétique sans partie mobile, qui comprend un aimant permanent et un cœur magnétique comprenant un premier et un second chemin magnétique. Une première bobine d'entrée et une première bobine de sortie entourent des parties du premier chemin magnétique, pendant qu'une seconde bobine d'entrée et une seconde bobine de sortie entourent des parties du second chemin magnétique. Les bobines d'entrée sont alternativement alimentées avec des courants pulsés pour produire des courants pulsés induits dans les bobines de sortie. La conduction du courant électrique à travers chacune des bobines d'entrée réduit un niveau de flux de l'aimant permanent à travers le chemin magnétique autour duquel la bobine d'entrée s'étend.

Dans une version différente du générateur électromagnétique , le coeur magnétique inclut des plateaux annulaires bien espacés, avec des poteaux et des aimants permanents s'alternant tout le long entre les plateaux. Une bobine de sortie s'enroule autour du long de chacun de ces poteaux. Les bobines d'entrée enroulées autour de parties des plateaux sont alimentées par des courants pulsés, induisant des courants dans les bobines de sortie.

D'après: http://l2.espacenet.com(...)S+++6362718B1+I+

...

Cliquez pour agrandir :

 

 

MEG MEG
MEG Bearden

Comment acheter une machine à énergie libre ?

Bearden dit :  attendre 2003 à peu près !

Peut être que l'évènement le plus attendu en la matière est la commercialisation du Générateur électromagnétique sans mouvement (MEG) prévue pour commencer à peu près en 2003. C'est le moment où la preuve se fera aux yeux de tous. Beaucoup de personnes m'ont dit que, lorsqu'ils parlaient d'énergie libre, ils disaient "Je le croirai le jour où je pourrai l'acheter au magasin". Si tout va bien, bientôt ils seront capables de commander leur propre MEG. Alors ils croiront, parce que ça marche et c'est en train de marcher.

J'avoue que le responsable scientifique d'un important groupe expérimental dans une grosse société a été plutôt assommé par le type de gain en sortie que nous sommes capables d'obtenir. Le MEG peut ressembler seulement à un transformateur, mais il n'en est pas un: il est de type complètement différent.

D'après : http://www.cheniere.org/correspondence/011202.htm

Bientôt les premières unités du MEG produiront 2,5 Kilowatts d'électricité gratuite, pour toujours. Les unités peuvent être connectées ensemble pour doubler ou tripler le wattage. Après que cette première phase, des générateurs de 10 kilowatts sont programmés. L'énergie s'écoulera librement dans le temps indéfiniment, et il n'y a aucune partie mobile à remplacer. Ce projet de manufacture est un effort héroïque et changera le monde tel que nous le connaissons. Pour une fois les gens seront en possession de dispositifs tels qu'il n'y aura plus aucun déni de quiconque, incluant en cela le gouvernement et/ou le gouvernement secret.

D'après : http://www.prahlad.org(...)wars.htm

Analyse de la mauvaise foi des contradicteurs

Petit topo sur le MEG:

Le MEG semble décrié par un certain nombre de personnes, avec des arguments scientifiques de mesure à la clef; mais en les regardant de près, ils n'ont aucune validité.

 

Exemple 1
Calculs volontairement faussés

Voir ici les mesures de puissance d'entrée et de sortie du MEG 3.0 par Naudin:
(les puissances sont calculées sans prendre en compte les valeurs efficaces)
http://jnaudin.free.fr/meg/megv21.htm

Cliquez ici pour voir l'orignal en plein format


Image redimensionnée - cliquez dessus pour voir l'original en plein format


Voir ici les calculs refaits en reprenant ces mêmes valeurs lues sur les graphes de Naudin:
http://www.theverylastpageoftheinternet.com/magneticDev/meg/beardenmeg.htm

 
Equations de base de l'électricité:
(1) V = IR
Loi d'Ohm

2) P = VI (puissance transférée)
P = V²/ R = I²R (dissipation dans une résistance)

Pour certains cas, ces équations s'adaptent; c'est le cas dans les circuits à courant alternatif, où il faut calculer la puissance moyenne, alors que ces calculs donnent la puissance instantanée. Lorsqque la tension est constante et le courant alternatif sinusoïdal:

(3) Pmoyenne = V (I0/ racine de 2)
Si la tension et l'intensité sont alternatives:

(4) Pmoyenne = V0²/ 2R
(5) Pmoyenne = (V0 / racine de 2) (I0 / racine de 2) = V0 x I0 / 2

Données du MEG 3.0:
Entrée: l'oscilloscope suggère 28V de tension constante. Le courant est alternatif (AC) d'amplitude I0 à peu près égale à 0.125A.
Sortie: 500v sinusoïdal(pic à pic divisé par 2), 0.044 A.
L'entrée est en courant AC (alternatif), on utilise donc l'équation 3:

(3) Pmoyenne = V (I0/ racine2)
Pentrée = 28 x 0.125 /racine de 2= 2.47 Watts

La sortie est sinusïdale, donc on utilise l'équation 4. La seule chose à noter est que ça a été mesuré à travers une résistance de 100 kohms, et c'est ce qui doit être utilisé dans les calculs, et comme il y a deux bobinages de sortie, on multipliera le résultat par 2

(4) Pmoyenne = V0² / 2R Psortie = 500² / 2 * 1000000= 1.25 Watts
Psortie totale= 2.50 Watts

coefficient d'efficacité (COP) final du MEG 3.0= 2.50 / 2.47= 101%

Là où ce calcul n'est pas valide, c'est que Naudin n'a jamais dit que la tension de 500V était mesurée aux bornes d'une résistance de 100Kohms. On peut appliquer Pmoyenne = V0²/2R lorsque V0 est la tension appliquée aux bornes de la résistance R. Naudin précise seulement qu'il utilise une résistance de 100Kohms; mais il peut très bien avoir utilisé un pont diviseur de tension et donc appliqué une tension inférieure aux bornes de la résistance ou autre chose. Il n'est pas assez clair sur ses techniques de mesure, c'est sûr, pas assez transparent.

Ce qui est à prendre en compte, ce sont les résultats des courants et tensions circulant dans la charge qu'il a utilisé pour sa mesure. Ils apparaissent sur le graphique, et on utilise alors l'équation (5) donnée gentiment par notre dé-crieur:
Pmoyenne = = V0 x I0 / 2 = 500 x 0.44 / 2 = 7,8 watts

et là on ne sait pas si Naudin a mesuré la puissance totale des deux bobines ou d'une seule mais si c'est d'une seule il faut encore multiplier ce résultat par deux. Mais en en restant là on obtient un COP de 3,16 soit 316%.

Pour savoir ce qui a été réellement mesuré, il reste à refaire l'expérience soi même ou demander le détail à JL Naudin qui a beau avoir mis des tas d'informations sur le MEG dans son site, n'a pas expliqué ses protocoles de mesure; il a seulement donné des relevés de mesure.



Exemple 2:
Annonce d'erreur de montage gratuite
Une critique du montage de Bearden utilisé pour la mesure de la puissance
http://www.phact.org/e/z/bearden/

Les critiques disent que le montage utilisé mesure un courant qui va à la masse de l'oscillo en plus du courant qui boucle dans la bobine, ce qui ajoute faussement de la puissance au MEG. Voilà où serait le point de mesure:
Image postée par l'utilisateur

Voilà où il devrait être pour que la mesure soit correcte:
Image postée par l'utilisateur

Le problème est que Bearden n'a fourni nulle part de plan indiquant où il fait ses points de mesure, et ces critiques sont de pures spéculations. Encore une fois, comme Bearden fait de la rétention d'informations pour des raisons commerciales (il compte sortir un MEG à la vente); il en dit le moins possible sur les aspects pratiques du montage (que Naudin a reproduit comme il lui semblait, mais sans savoir vraiment non plus). Alors c'est encore de la pure critique.



Exemple 3:
Colportage de ragot

On peut lire sur ce site:
http://www.ovni.ch/~kouros/ether.htm

que:
 
CITATION
Et il y eut l’inutile et problématique électrodynamique O(3), publiée dans Foundations of Physics, chez Kluwer et World Scientific, justifiant le MEG de Bearden qui, semble t-il, ne doit sa sur-unité qu’à des erreurs de mesure.


Le "semble-t-il" jette tout ce qu'il faut de voile pour mettre le tout à la poubelle, alors que lorsqu'on cherche d'où vient cette idée, on voit qu'elle n'a rien de fondé!!



La conclusion qui s'impose est que décidément, on a très peu d'information sur ce MEG et les mesures de puissance.

Il semblerait toutefois que Bearden se soit emballé, car il pensait pouvoir produire des COP aussi grands que voulus pour produire des MEG de très forte puissance; et finalement il semblerait qu'un COP de 5 est attendu. Mais en enchaînant en série plusieurs de ces MEG, on augmente la puissance significativement, et on peut effectivement arriver à produire énormément.

Pour répondre à la question: le MEG marche-t-il, finalement, il ne faut pas lire la littérature de Bearden ou de Naudin ou de leur détracteurs, mais en construire un!

Si vous voulez voir des joutes scientifiques basées sur le vide et la certitude que ça ne fonctionne pas, sans faire plus que cela, il y a aussi:
http://www.phact.org/e/z/bearden.htm

-----

Notes appendices à l'Exemple 1:
Il semble que, si la mesure s'est bien faite à travers une résistance de 100Kohms directement, sans autre complexité du montage, elle soit faite à travers une résistance "conditionnée" selon les termes de Naudin. Il explique ce que cela veut dire, et en fait cela consiste à transformer la résistance en varistance, dont la résistance varie avec la tension appliquée:
http://jnaudin.free.fr/html/negres.htm


Donc, la valeur de la résistance à 500V n'est plus de 100 kohms, les calculs du sieur de l'exemple 1 sont donc faux de manière flagrante. La raison de l'utilisation d'une varistance est donnée ici:
http://jnaudin.free.fr/meg/megnot01.htm


En tous cas, le détracteur n'a pas pris du tout ceci en compte, comme le font les détracteurs malhonnêtes le plus souvent.

La preuve que jene suis pas le seul à penser ainsi, je l'ai eu en trouvant cette page, après coup: http://jnaudin.free.fr/meg/criticofsb.htm

Expériences :

Grâce à littlemat qui m'a prêté un MEG qu'il a fait monter par un ingénieur en électronique pour des tests, et avec le concours de pascal qui avait ouvert ce sujet sur les forums de Onnouscachetout, pascal et moi avons fait des mesures infructueuses sur le MEG que nous avons en prêt, il y a quelques jours.

Après études complémentaires des défaillances possibles et erreurs de montage, informations précisues récoltées sur le groupe des constructeurs de MEG à l'adresse:
http://groups.yahoo.com/group/MEG_builders/


et à l'aide des commentaires de Bearden et de Naudin pour conseiller d'autres personnes, deux rectifications ont été faites (une sur les aimants, et une autre sur la fréquence d'accord du circuit).

S'en suit ce qui semble être un succès ce soir, je dis ce qui semble car il faut des calculs complémentaires pour confirmer ou infirmer les résultats, étant donné la nature alambiquée des signaux de sortie; mais c'est vraiment un premier pas qui met motive à souhait!!

Voilà les mesures effectuées, qui donnent à l'heure actuellement COP=2,2 soit 220% d'efficacité (ramené à COP=3,4 soit 340% d'efficacité si on mesure seulement la consommation du MEG et pas celle du circuit attenant)

J'espère seulement que le prochain message de calcul précis du COP avec méthodes numériques donnera confirmation de ces résultats et n'annoncera pas que ceci était de faux espoirs!!

Une remarque: les premiers tests il y a quelques jours donnaient une efficacité de 25% (en clair on perdait les 3/4), et on ressentait une énorme émission d'ondes électromagnétiques sur la peau (confirmée par un petit champ mètre très grossier): voilà où partaient les 75% de perte je pense. Dans les expériences de ce soir (que j'ai dû abréger, aussi elles ne sont pas complètes, une seule l'est) je ne ressentais plus cette émission du tout (mais je n'ai pas fait de mesure). Il faudra vérifier la pollution électromagnétique du MEG (si on se procure de l'énergie au prix d'un cancer pour exposition à des champs électromagnétiques intenses sur longue durée on n'a rien gagné). Par contre pour la pollution sonore c'est perdu: un bruit strident (de 3KHz je pense, fréquence des impulsions émises) se fait entendre lors du fonctionnement du MEG de ce soir.

Voilà le compte rendu détaillé de ce qui a été fait ce soir:
(PS: désolé pour les photos basse qualité, mais n'ayant pas d'appareil numérique, j'ai utilisé ma webcam, qui est assez pourrie!!)

MEG adapté de la version 3.1 de JL Naudin
Expériences du 07/03/2004 vers 19h00
France (dép 77)

Bobinage n°1 (bobinage gauche): connecté sur Résistance 1MOhms
Bobinage n°2 (bobinage droite):

VDR1 = VDR2 = 420V / 400pF
Rch = résistance 12ohms, 10Watts

     Bobinage n°2

     U1 _______mmmmm_______ U2
      |                                               |
      -----------VDR1--VDR2-*-Rch-----
      |                                 |             |
    sB                             sA             |
      |                                 |             |
    CHB                         CHA       masse



*: point de mesure entre VDR2 et Rch
sB: sonde B reliant U1 à CHB
sA: sonde A reliant * à CHA
CHB: sur oscillo ( mesure la trension aux bornes de la bobine: V=tension entre U1 et U2)
CHA: sur oscillo ( mesure la tension aux bornes de la résistance de charge Rch, pour mesurer le courant I
qui parcourt le circuit, pertes de courant par CHA et masse oscillo négligées )

___________________________________________________________

mesure capacité VDR1+VDR2 : C=200pF
mesure inductance Bobinage n°2: L=12,8 Henrys
résonance estimée à: 1/(2 x pi x square (LC)) = 3,1KHz (estimation seulement car sB et sA, ainsi que l'oscillo
ont des capacités parasites)

d'où modification du circuit Naudin MEG 3.1 par adjonction d'une capacité de 10nF en parallèle sur le 1nF
de réglage de la fréquence des impulsions du TL494CN.

Gamme de fréquence alors disponible: 1,6KHz à 5,5KHz environ

___________________________________________________________

sB: rapport de tension de mesure 10:1
sA: rapport de tension de mesure 1:1
CHB: 0,1 Volts/Division, 0V sur la ligne du bas du schema reference.jpg
CHA: 20 Volts/Division, 0V sur la ligne du haut du schema reference.jpg
Base de temps: 50 micro secondes/Division

Image postée par l'utilisateur

Tension générateur alimentation du montage, à vide: Ugen=29,4V
Courant générateur alimentation du montage, à vide: Igen=0,04A
Pconsommée à vide gén= 1,2 Watts

(le max et le min dépassant l'écran, j'ai dû déplacer la position du zéro et prendre un
point de référence pour la lecture des crêtes de tension)

----------------
1ère expérience:
----------------
Tension générateur alimentation du montage: Ugen=28,6V
Courant générateur alimentation du montage: Igen=0,12A
Image postée par l'utilisateur
CHB: 12 divisions crête à crête, soit 12 x 20 = 240V mesurés sur CHB, soit 240 x 10 = 2400V entre U1 et U2 (sB en 10:1)
CHA: 3 divisions crête à crête, soit 3 x 0,1V = 0,3V mesurés sur CHA entre * et U2
estimation de la période: 6,3 divisions, soit 6,3 x 50 micro sec = 315 micro sec <--> 3,2 KHz

Vcrête à crête = 2400V
I crête à crête = courant correspondant à 0,3V sur une résistance de 12 ohms, soit 0,3 / 12 = 25mA
signaux V et I en phase: angle theta=0° (non sinusoïdaux, difficile à estimer, mais maxima et minimas atteints en même temps)


Vmax=Vcrête à crête/2 = 1200V
Imax=Icrête à crête/2 = 12,5mA

Pmesurée = cosinus (angle theta) x Umax x Vmax / 2 = Umax x Vmax / 2 = 1200 x 0,0125 = 7,5 Watts
Pfournie gén = 28,6 V x 0,12 A = 3,4 Watts
soit COP = 2,2

(et si on tient compte seulement de la puissance consommée par le MEG et pas le circuit, on a:
Pconsommée MEG = Pfournie gén - Pconsommé à vide gén = 3,4 - 1,2 = 2,2 Watts
alors COP = 3,4)

Il faut calculer numériquement Pmesurée par calcul numérique
en traçant la courbe de U x I instantané, puis en intégrant numériquement sur une période pour avoir Ptotal, pour ensuite calculer
la puissance moyenne sur cette période en divisant Ptotal par la longueur de la période pour avoir une valeur exacte de P
même si le signal n'est pas sinusoïdal (tous les calculs précédents sont basés sur U et I sinusoïdal, ce qui n'est pas du tout le cas,
donc calculs à faire pour avoir une vraie mesure du COP)

----------------
2ème expérience:
----------------
Tension générateur alimentation du montage: Ugen=29V
Courant générateur alimentation du montage: Igen=0,07A
Dans les mêmes conditions, fréquence des impulsions modifiée (au maximum soit environ 5,5 KHz)
Pas de lecture crête à crête de CHA ni CHB manuelle, lire sur le graphique capturé par webcam
Image postée par l'utilisateur

----------------
3ème expérience:
----------------
Tension générateur alimentation du montage: Ugen=29V
Courant générateur alimentation du montage: Igen=0,07A
Dans les mêmes conditions, fréquence des impulsions modifiée (au minimum soit environ 1,6 KHz)
Sauf modifié base de temps, positionnée sur 0,1 milli secondes.
Image postée par l'utilisateur
Pas de lecture crête à crête de CHA ni CHB manuelle, lire sur le graphique capturé par webcam

Il semble qu'il y ait un pic de consommation de courant (et aussi de puissance donc, vu que la tension d'entrée
est presque constante pour f = 3,2Khz, qui doit être la fréquence de résonance du circuit de mesure sur le bobinage n°2)

suite ici ... http://www.conspirovniscience.com/meg/expe.php

Publié dans Sciences de l'Energie

Commenter cet article

MDR! 11/12/2014 21:58

MDR!