Vers un très bon millésime pour les introductions en Bourse

Publié le par logo

Photo
agrandir la photo
 

PARIS (AFP) - L'année 2005 est bien partie pour devenir un très bon millésime pour les introductions en Bourse, en France comme en Europe, par le nombre de nouvelles sociétés comme par les capitaux levés, avec à Paris des mastodontes comme EDF, Gaz de France (Paris: FR0010208488 - actualité) ou Eutelsat.

Dans l'ensemble de l'Europe, les introductions en Bourse ont représenté 10,77 milliards d'euros au 2e trimestre, en hausse de 19% sur le même trimestre de l'an dernier, selon une étude du cabinet de consultants PricewaterhouseCoopers (PwC).

 

La progression est encore plus spectaculaire pour le nombre d'opérations, qui a bondi de 44% à 169 sur le trimestre.

 

Sur Euronext (Paris, Lisbonne, Bruxelles, Amsterdam), le nombre des opérations a fortement progressé, à 17 contre 10 pour la même période de 2004, notamment grâce à Alternext, le marché boursier aux règles simplifiées pour les PME.

 

"Il y a déjà eu 12 sociétés introduites depuis le début de l'année sur Alternext France et nous tablons sur un doublement d'ici à la fin de l'année", indique Martine Charbonnier, directeur exécutif d'Euronext.

 

La Bourse de Londres, la plus grande d'Europe, a permis de lever 5,199 milliards d'euros, en hausse de 53%. L'AIM, le marché britannique dédié aux petites sociétés, a représenté à lui seul 88% des 107 nouveaux enregistrées à Londres, souligne PwC.

 

"Si les conditions de marchés demeurent bonnes, on peut s'attendre à un second semestre actif, avec un intérêt prononcé" dans les pays hors zone UE, souligne Tom Troubridge, directeur du London Capital Markets Group chez PwC.

 

Sur l'ensemble de 2004, les montants levés dans toute l'Europe avaient atteint 27,288 milliards d'euros contre 6,687 en 2003 et 11,498 en 2002. 420 sociétés avaient fait leur entrée sur le marché contre 143 en 2003 et 174 en 2002.

 

"Le marché boursier a beaucoup monté depuis trois ans et les investisseurs sont intéressés par ces nouvelles sociétés, pas forcément pour réaliser des plus-values de court terme mais parce que les dossiers présentés sont globalement excellents", explique un banquier d'affaires parisien.

 

Depuis les points bas touchés en mars 2003, le CAC 40 a progressé de 85% et l'indice SBF des 80 plus grandes capitalisations hors CAC 40 de 122%.

 

La privatisation partielle d'EDF, prévue à l'automne, dans le sillage de celle de GDF, va contribuer à renouveler le CAC 40, qui devrait probablement à terme intégrer non seulement ces deux sociétés mais aussi l'opérateur de satellite européen Eutelsat, selon les analystes.

 

Le gouvernement français a démenti des informations du Figaro selon lequel il aurait estimé EDF à environ 60 milliards d'euros, pour en céder 9 milliards sur le marché, ce qui en ferait la troisième capitalisation française.

 

L'opération sera cependant probablement de bien plus grande ampleur que pour GDF, qui avait déjà attiré 3,2 millions de particuliers et mobilisé 4,5 milliards d'euros, estime un courtier parisien.

 

Dans le même secteur, Elia, gestionnaire du réseau à haute tension belge, a placé en juin pour près de 600 millions d'euros d'actions, obtenant une capitalisation de 1,26 milliard d'euros.

 

Autre nouveau venu très attendu, l'opérateur européen de satellites Eutelsat, qui augmentera son capital à la fin de l'année, selon son président Giuliano Beretta, par ailleurs prêt à racheter des actifs des deux grands opérateurs américains Intelsat et Panamsat.

 

Les analystes hésitent encore sur l'évaluation possible d'Eutelsat, mais jugent en général qu'elle sera proche de plusieurs sociétés du CAC 40, en se référant à sa forte rentabilité et à la valeur de ses concurrents.

http://fr.biz.yahoo.com/050924/202/4lmt1.html

Dans l'ensemble de l'Europe, les introductions en Bourse ont représenté 10,77 milliards d'euros au 2e trimestre, en hausse de 19% sur le même trimestre de l'an dernier, selon une étude du cabinet de consultants PricewaterhouseCoopers (PwC). La progression est encore plus spectaculaire pour le nombre d'opérations, qui a bondi de 44% à 169 sur le trimestre. Sur Euronext (Paris, Lisbonne, Bruxelles, Amsterdam), le nombre des opérations a fortement progressé, à 17 contre 10 pour la même période de 2004, notamment grâce à Alternext, le marché boursier aux règles simplifiées pour les PME. "Il y a déjà eu 12 sociétés introduites depuis le début de l'année sur Alternext France et nous tablons sur un doublement d'ici à la fin de l'année", indique Martine Charbonnier, directeur exécutif d'Euronext. La Bourse de Londres, la plus grande d'Europe, a permis de lever 5,199 milliards d'euros, en hausse de 53%. L'AIM, le marché britannique dédié aux petites sociétés, a représenté à lui seul 88% des 107 nouveaux enregistrées à Londres, souligne PwC. "Si les conditions de marchés demeurent bonnes, on peut s'attendre à un second semestre actif, avec un intérêt prononcé" dans les pays hors zone UE, souligne Tom Troubridge, directeur du London Capital Markets Group chez PwC. Sur l'ensemble de 2004, les montants levés dans toute l'Europe avaient atteint 27,288 milliards d'euros contre 6,687 en 2003 et 11,498 en 2002. 420 sociétés avaient fait leur entrée sur le marché contre 143 en 2003 et 174 en 2002. "Le marché boursier a beaucoup monté depuis trois ans et les investisseurs sont intéressés par ces nouvelles sociétés, pas forcément pour réaliser des plus-values de court terme mais parce que les dossiers présentés sont globalement excellents", explique un banquier d'affaires parisien. Depuis les points bas touchés en mars 2003, le CAC 40 a progressé de 85% et l'indice SBF des 80 plus grandes capitalisations hors CAC 40 de 122%. La privatisation partielle d'EDF, prévue à l'automne, dans le sillage de celle de GDF, va contribuer à renouveler le CAC 40, qui devrait probablement à terme intégrer non seulement ces deux sociétés mais aussi l'opérateur de satellite européen Eutelsat, selon les analystes. Le gouvernement français a démenti des informations du Figaro selon lequel il aurait estimé EDF à environ 60 milliards d'euros, pour en céder 9 milliards sur le marché, ce qui en ferait la troisième capitalisation française. L'opération sera cependant probablement de bien plus grande ampleur que pour GDF, qui avait déjà attiré 3,2 millions de particuliers et mobilisé 4,5 milliards d'euros, estime un courtier parisien. Dans le même secteur, Elia, gestionnaire du réseau à haute tension belge, a placé en juin pour près de 600 millions d'euros d'actions, obtenant une capitalisation de 1,26 milliard d'euros. Autre nouveau venu très attendu, l'opérateur européen de satellites Eutelsat, qui augmentera son capital à la fin de l'année, selon son président Giuliano Beretta, par ailleurs prêt à racheter des actifs des deux grands opérateurs américains Intelsat et Panamsat.

Commenter cet article