La France tiendra ses engagements d'un déficit sous 3% en 2005 et 2006

Publié le par logo

Photo
agrandir la photo
 

WASHINGTON (AFP) - Le ministre français de l'Economie et des Finances Thierry Breton a affirmé samedi que la France tiendrait ses engagements d'un déficit public inférieur à 3% du produit intérieur brut (PIB) pour 2005 et 2006, lors de son déplacement à Washington.

"J'ai rappelé (à mes homologues) que la France tiendrait ses engagements d'un déficit inférieur à 3% (du PIB) en 2005 et 2006. C'est à partir de cet objectif que nous avons construit le budget 2006 que nous présenterons mercredi", a-t-il déclaré lors d'un point presse, en marge de l'assemblée annuelle du Fonds monétaire international.

 

Le ministre français s'est refusé en revanche à donner plus de précision sur l'ampleur des déficits attendus en 2005 et 2006.

 

Pour 2006, "l'objectif sera d'être dans cette marge et pas au-dessus", avait déjà indiqué lundi Thierry Breton.

 

Jeudi, le Premier ministre Dominique de Villepin avait à son tour réaffirmé dans une interview au quotidien Les Echos que la France tiendrait le cap des 3% du PIB de déficit budgétaire imposé par le pacte de stabilité, en 2005 et 2006, malgré la hausse du prix du pétrole.

 

"Cela ne remet nullement en cause nos engagements vis-à-vis de nos partenaires : nous tiendrons le cap des 3%" du PIB, avait-il alors déclaré.

 

Le Pacte de stabilité impose aux pays de la zone euro de maintenir leurs déficits publics sous le seuil de 3% du PIB. La France, qui ne respecte plus cet engagement depuis 2002, s'était initialement engagée à revenir à 2,9% pour 2005.

 

Début septembre, Paris a finalement notifié à la Commission européenne que son déficit public atteindrait 3% du PIB en 2005.

 

Par ailleurs, au sujet du projet de budget 2006 qu'il doit présenter mercredi, M. Breton a déclaré samedi à Washington: "c'est un budget rigoureux et sérieux".

http://fr.biz.yahoo.com/050925/202/4loap.html

"J'ai rappelé (à mes homologues) que la France tiendrait ses engagements d'un déficit inférieur à 3% (du PIB) en 2005 et 2006. C'est à partir de cet objectif que nous avons construit le budget 2006 que nous présenterons mercredi", a-t-il déclaré lors d'un point presse, en marge de l'assemblée annuelle du Fonds monétaire international. Le ministre français s'est refusé en revanche à donner plus de précision sur l'ampleur des déficits attendus en 2005 et 2006. Pour 2006, "l'objectif sera d'être dans cette marge et pas au-dessus", avait déjà indiqué lundi Thierry Breton. Jeudi, le Premier ministre avait à son tour réaffirmé dans une interview au quotidien Les Echos que la France tiendrait le cap des 3% du PIB de déficit budgétaire imposé par le pacte de stabilité, en 2005 et 2006, malgré la hausse du prix du . "Cela ne remet nullement en cause nos engagements vis-à-vis de nos partenaires : nous tiendrons le cap des 3%" du PIB, avait-il alors déclaré. Le Pacte de stabilité impose aux pays de la zone euro de maintenir leurs déficits publics sous le seuil de 3% du PIB. La France, qui ne respecte plus cet engagement depuis 2002, s'était initialement engagée à revenir à 2,9% pour 2005. Début septembre, Paris a finalement notifié à la Commission européenne que son déficit public atteindrait 3% du PIB en 2005.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article