Explosion cosmique la plus éloignée: nouvelle vue sur l'enfance de l'univers

Publié le par AlterMan

lundi 12 septembre 2005, 23h21

Photo
WASHINGTON (AFP) - L'explosion cosmique la plus lointaine jamais observée ouvre une nouvelle fenêtre sur l'enfance de notre univers et la formation des étoiles, ont estimé lundi des astrophysiciens américains.Le satellite américain Swift et des équipes d'astronomes italiens et japonais ont avec des téléscopes terrestres pu détecter et mesurer le 4 septembre cette giganteste déflagration qui a produit un jaillissement de rayons gamma, ont annoncé la Nasa et des astrophysiciens américains.

 

"Il s'agit de très loin de l'explosion d'une étoile la plus éloignée dans le cosmos" à environ 12,6 milliards d'années lumière, moins d'un milliard d'années après la naissance de l'univers, a expliqué l'astrophysicien Don Lamb, de l'université de Chicago (nord), lors d'une conférence de presse.

 

Les scientifique estiment que l'univers est né il y a environ 13,5 milliards d'année à la suite du Big Bang.

 

Jusqu'alors, l'explosion la plus lointaine avait été observée à 12,2 milliards d'années-lumière. Une année-lumière correspond à la distance parcourue par la lumière pendant un an à savoir 10.000 milliards de km.

 

"Nous commençons finalement à voir les restants de certains des plus anciens objets du cosmos", a commenté Daniel Reichart, un astrophysicien de l'université de Caroline du Nord (sud-est).

 

Les scientifiques vont désormais pouvoir obtenir davantage d'informations sur la formation des étoiles, la naissance de l'univers et la création des éléments nécessaires à l'émergence de la vie sur la Terre, a aussi expliqué Don Lamb. "Les choses vraiment intéressantes commencent", a-t-il estimé.

 

"Ces explosions de rayons gamma nous indiquent quand la matière dite sombre de l'univers dont nous savons indirectement qu'elle existe, a concentré suffisamment de matière ordinaire pour former les étoiles", a aussi dit ce scientifique.

 

"Savoir quand ce processus est intervenu dans l'histoire du cosmos est extrêmement important pour les comoslogues afin d'expliquer la formation des galaxies et leur évolution", a ajouté Don Lamb.

 

Il a aussi prédit que Swift continuera à détecter de nombreuses explosions de rayons gamma à des distances encore plus grandes.

 

Don Lamb et son collègue Daniel Reichart avaient anticipé en 1999 que Swift, lancée par la Nasa en novembre 2004, permettrait de saisir ces jets de rayons gamma émis par ces explosions jusqu'à une distance de 13,3 milliards d'années.

 

"Les explosions de rayons gamma vont probablement être la seule façon pendant très longtemps d'observer le tout premier jet de lumière, ce décalage dans le spectre lumineux, qui se produit quand les premières étoiles se sont formées", a estimé Don Lamb.

 

Les astronomes pensent que les explosions de rayons gamma, les plus puissants jaillissements d'énergie, qui se produisent quotidiennement partout dans l'univers, signalent la naissance d'un trou noir ou la fusion de deux de ces énormes siphons cosmiques.

 

Ultime destin des étoiles les plus massives ayant épuisé leur carburant, le trou noir résulte de la contraction gravitationnelle de leur noyau après l'explosion de ces astres.

 

En janvier 2005, la Nasa avait aussi observé, grâce à Swift, une explosion d'une puissance jamais mesurée dans l'espace ayant résulté de l'absorption de l'équivalent de 300 millions de notre soleil par un gigantesque trou noir.

 

Swift, une petite sonde mesurant 6,3 mètres de haut, est capable de détecter très rapidement ces explosions cataclysmiques en pointant ses instruments dans leur direction dans un laps de temps de 20 à 75 secondes pour récolter le plus grand nombre possible de données.

Le satellite américain Swift et des équipes d'astronomes italiens et japonais ont avec des téléscopes terrestres pu détecter et mesurer le 4 septembre cette giganteste déflagration qui a produit un jaillissement de rayons gamma, ont annoncé la Nasa et des astrophysiciens américains. "Il s'agit de très loin de l'explosion d'une étoile la plus éloignée dans le cosmos" à environ 12,6 milliards d'années lumière, moins d'un milliard d'années après la naissance de l'univers, a expliqué l'astrophysicien Don Lamb, de l'université de Chicago (nord), lors d'une conférence de presse. Les scientifique estiment que l'univers est né il y a environ 13,5 milliards d'année à la suite du Big Bang. Jusqu'alors, l'explosion la plus lointaine avait été observée à 12,2 milliards d'années-lumière. Une année-lumière correspond à la distance parcourue par la lumière pendant un an à savoir 10.000 milliards de km. "Nous commençons finalement à voir les restants de certains des plus anciens objets du cosmos", a commenté Daniel Reichart, un astrophysicien de l'université de Caroline du Nord (sud-est). Les scientifiques vont désormais pouvoir obtenir davantage d'informations sur la formation des étoiles, la naissance de l'univers et la création des éléments nécessaires à l'émergence de la vie sur la Terre, a aussi expliqué Don Lamb. "Les choses vraiment intéressantes commencent", a-t-il estimé. "Ces explosions de rayons gamma nous indiquent quand la matière dite sombre de l'univers dont nous savons indirectement qu'elle existe, a concentré suffisamment de matière ordinaire pour former les étoiles", a aussi dit ce scientifique. "Savoir quand ce processus est intervenu dans l'histoire du cosmos est extrêmement important pour les comoslogues afin d'expliquer la formation des galaxies et leur évolution", a ajouté Don Lamb. Il a aussi prédit que Swift continuera à détecter de nombreuses explosions de rayons gamma à des distances encore plus grandes. Don Lamb et son collègue Daniel Reichart avaient anticipé en 1999 que Swift, lancée par la Nasa en novembre 2004, permettrait de saisir ces jets de rayons gamma émis par ces explosions jusqu'à une distance de 13,3 milliards d'années. "Les explosions de rayons gamma vont probablement être la seule façon pendant très longtemps d'observer le tout premier jet de lumière, ce décalage dans le spectre lumineux, qui se produit quand les premières étoiles se sont formées", a estimé Don Lamb. Les astronomes pensent que les explosions de rayons gamma, les plus puissants jaillissements d'énergie, qui se produisent quotidiennement partout dans l'univers, signalent la naissance d'un trou noir ou la fusion de deux de ces énormes siphons cosmiques. Ultime destin des étoiles les plus massives ayant épuisé leur carburant, le trou noir résulte de la contraction gravitationnelle de leur noyau après l'explosion de ces astres. En janvier 2005, la Nasa avait aussi observé, grâce à Swift, une explosion d'une puissance jamais mesurée dans l'espace ayant résulté de l'absorption de l'équivalent de 300 millions de notre soleil par un gigantesque trou noir. Swift, une petite sonde mesurant 6,3 mètres de haut, est capable de détecter très rapidement ces explosions cataclysmiques en pointant ses instruments dans leur direction dans un laps de temps de 20 à 75 secondes pour récolter le plus grand nombre possible de données.

Publié dans Sciences de l'Univers

Commenter cet article