Le Phosphénisme

Publié le par Logo

Je vais maintenant vous parler d’une méthode ancestrale, simple mais efficace, pour développer vos capacités psychiques et mentales : le Mixage Phosphénique.

Cette méthode, utilisée par les civilisations les plus anciennes et mystérieuse pour augmenter les pouvoirs psychiques, s’était presque perdue au cours des siècles. Seule quelques initiés, parmi lesquels les grands moines tibétains, se la sont transmise ; Nostradamus l’utilisait pour obtenir les visions qui sont à l'origine de ses célèbres prophéties ; elle était également employée par le Conseiller du Roi en Afrique.

J'ai décidé de vous révéler cette technique d’épanouissement cérébral, car vous avez, en vous, les capacités psychiques pour l’utiliser.

Voici comment procéder concrètement :



Voici comment procéder concrètement :

Le principe consiste à regarder une ampoule allumée pendant 3 minutes environ. Il faut une ampoule “ blanche ” ou “ opaline ”, pour ne pas être aveuglé par le filament ; l’intensité idéale pour l’ampoule est 75 watts. Si vous utilisez une lampe à abat-jour, il faut évidemment enlever l’abat-jour, pour fixer du regard directement l’ampoule.

Je vous conseille de vous trouver à environ 1,50 mètre de distance de la lampe, l'interrupteur étant à côté de vous ou à portée de mains.

Lorsque vous regardez la lampe, vous pouvez tout à fait ciller, mais évitez de bouger les globes oculaires. Tout en regardant l’ampoule, balancez la tête de droit à gauche, lentement (1 seconde pour aller, 1 seconde pour revenir), l'amplitude ne dépassant pas 45 degrés de part et d'autre de la verticale.

Vous verrez alors, apparaître autour de l’ampoule, en général au bout de 20 ou 30 secondes, du bleu pâle, auquel succède du rose puis, parfois du vert. C'est un co-phosphène : il se termine normalement, après la 3e minute, par du gris.

Au bout des 3 minutes, éteignez la lumière, puis mettez rapidement un bandeau sur les yeux (sauf si vous disposez d'une pièce obscure ou de fenêtres avec volets ou rideaux épais). Continuez à balancer la tête. Vous verrez alors défiler des tâches de couleur : ce sont les phosphènes. Ces couleurs sont en général d'abord le jaune entouré de rouge (après quelques jours d'entraînement le vert entouré de rouge) pendant 1 minute et demie environ, puis le rouge seul la minute et demie suivante, ensuite le bleu. Pour terminer se forme lentement un nuage grisâtre : la lueur diffuse.

Selon les personnes, il peut y avoir des variations dans les couleurs que l’on voit, mais le principe, essentiel, demeure.

Les phosphènes sont les lumières subjectives consécutives à l'éclairage.

La technique du mixage phosphénique n’est pas seulement cette vision des couleurs en balançant la tête ; dans le même temps, vous devez avoir dans l’esprit une image mentale visuelle ou auditive, correspondant à l’objet de vos pensées, au problème que vous voulez résoudre, ou au projet que vous voulez voir réaliser (selon le cas) ; et cela aussi bien pendant les co-phosphènes que pendant les phosphènes, c'est-à-dire lorsque l'on regarde l'éclairage et après avoir éteint celui-ci.

Le mélange entre vos pensées et les phosphènes produit des effets merveilleux sur toutes les facultés cérébrales.

L’idéal est de pratiquer cet exercice tous les jours, matin et soir. Cela ne vous demande que 10 minutes pour chaque séance.

L'effet sur la vue est très favorable, et même particulièrement efficace, aussi bien cérébralement que pour la santé de l'oeil, si vous pratiquez l'exercice dans les conditions que je vous ai indiquées, basées sur des milliers d'expériences.

Le plus important, vous l’avez compris, c'est de mélanger sa pensée au Phosphène. Les effets sur l'attention, la mémoire, l'intelligence, l'esprit d'initiative, le caractère, le sommeil sont considérables.

Par exemple, si vous devez retenir un texte, lisez-le très attentivement. Ensuite faites un phosphène en pensant à ce texte. Vous verrez que vous le retiendrez très facilement.

Pour favoriser le sommeil, faites un phosphène le soir, juste avant le coucher, en vous imaginant en train de dormir comme un bébé. Pensez aussi que vous ne vous réveillerez pas pendant toute la nuit.

Autre exemple très important. Lorsqu'un problème se pose, faites un phosphène en vous exposant mentalement toutes les données. Pesez et soupesez le pour et le contre, vous verrez que petit à petit vous acquerrez plus d'intuition. Vous pouvez répéter le phosphène autant de fois que vous en ressentez le besoin, plusieurs fois par jour si vous le désirez. Vous verrez que vous trouverez plus facilement la ou les solutions à vos problèmes.

Toutes les instructions, conseils et exercices dont je vais vous parler dans les pages suivantes, peuvent être associer au mixage phosphénique. Je vous conseille par exemple, à chaque fois que vous lisez mes conseils (ceux dans les pages suivantes, notamment, ou ceux de votre Voyance complète) de pratiquer un phosphène en pensant à tout ce que vous venez de lire.

2          Le Magnétisme Personnel

Voyons maintenant comment développer votre magnétisme personnel.

Mais d'abord qu'est ce que c’est le “ MAGNETISME PERSONNEL ” ?

En vérité, il s'agit d'un attribut d'humanité, d'une propriété du psychisme individuel, comme la pensée, sa principale source.

Chacun de nous, à tout moment, influe ou irradie autour de lui, volontairement ou inconsciemment, par le biais d'une sorte d’irradiation dont le champ d'action s'étend aussi bien sur de courtes distances que sur de longues distances.

Dés votre naissance, vous aviez en vous ce magnétisme personnel, comme tous les êtres vivants. Par contre, il varie beaucoup, d’une personne à l’autre, de par son intensité, sa continuité et son harmonie ; c’est pourquoi certains donnent l’impression de ne pas avoir du tout de magnétisme, alors que d’autre irradient leur entourage de leur magnétisme.

Le Magnétisme Personnel, on peut finalement dire que c’est la capacité d’INFLUENCE, visible et invisible, consciente et inconsciente, de chacun.

Vos plus fugitives pensées, vos paroles réfléchies ou spontanées, la moindre de vos décisions, de vos actions concourent à exercer une influence visible invisible sur tous ceux qui vous entourent, que ce soit régulièrement, ou pendant un instant. Il y a intéractivité totale entre vous et le reste du monde.

Pensées, paroles, actions passées ont engendré votre condition actuelle. Pensées, paroles, actions actuelles engendrent, d'ores et déjà, la trame de vos lendemains proches ou éloignés.

Apprendre à gouverner les agents de votre influence, c'est devenir capable d'obtenir, de plus en plus largement, ce que vous désirez et aussi d'éviter tout ce que vous ne désirez pas.

Chacun de nous influe, consciemment ou inconsciemment, faiblement ou puissamment, harmonieusement ou négativement, autour de soi, par l'intermédiaire de deux sortes d'éléments : les uns visibles, les autres invisibles.

Les premiers, je les appellerai : l'influence visible, les deuxièmes : l'influence invisible.

A.            Comment exercer votre influence visible

Les éléments visibles de l'influence personnelle vous permettront en toute circonstance : de faire spontanément bonne impression, d'acquérir une attitude persuasive, d'exercer une certaine autorité, de demeurer en toute circonstance imperturbable, de persister dans la mise à exécution des résolutions ou décisions mûrement arrêtées.

Voici quels sont ces éléments visibles : le calme, l'assurance, le regard, la suggestion, la présentation et le comportement, la persistance et la combativité.

1.            Le calme

Le calme est la base de tout. Si vous ne réussissez pas à garder votre calme, vous n’arriverez à rien. C’est la condition nécessaire pour tout le reste.

a)            Le portrait de la personne calme

Je vais vous tracer le portrait de la personne calme. Dès maintenant, il vous faudra prendre ce portrait pour modèle, en toutes circonstances. Se représenter avec insistance les principaux avantages du calme aide à éveiller la décision et l'énergie indispensables aux efforts que requiert toute rééducation.

a)   Ses nerfs et ses muscles sont détendus ; cette détente physiologique est très importante.

b)   Au cours de tous ses actes, elle ne pense qu'à une seule chose à la fois. Son attention demeure soutenue sur ce qu'elle exécute. Elle ne se laisse pas facilement distraire.

c)   La régularité de ses habitudes lui permet de commencer sa journée à heure fixe, sans hâte, de travailler posément et de produire au maximum en ne se fatiguant qu'au minimum.

d)   Elle profite pleinement de ses jours et heures de repos, car elle vit avec plénitude le moment présent.

e)   Elle ne marque, en présence d'autrui ni morgue ni empressement. Elle écoute, sans jamais manifester avec exubérance ses réactions intérieures, les paroles qui lui sont adressées.

f)     Elle domine l'impatience, l'irritation, l'emportement et garde, dans ses propos, une mesure suffisante pour impressionner favorablement ses supérieurs, ses égaux et ses subordonnés.

g)   Elle parle posément et distinctement. Son débit n'est pas précipité, chacun comprend clairement ce qu'elle dit.

h)   Sa présence, apaisante, tonique, de par son calme souverain constitue un agrément et même un sédatif auprès des malades. On est content qu'elle soit là.

i)      Elle n’est pas influençable, peu perméable aux suggestions d'autrui, n'admet qu'après avoir réfléchi le bien fondé des affirmations ou exhortations qu'on lui adresse. Nul ne réussit à lui imposer une conviction sans certitude vérifiable, à lui “ arracher une décision ”.
Ce n'est pas un "sujet" auprès duquel un habile argumentateur arrive à "enlever une affaire". Sa présence d'esprit facilite sa vigilance.

j)      Les imprévus, les contretemps, les déconvenues - inséparables de la vie - n'ébranlent pas plus son équilibre qu'un bruit soudain ne la fait sursauter. Elle s'éloigne de la source du bruit ou l'éloigne d'elle. Sans gaspiller ses énergies en lamentations ou imprécations elle prend froidement les dispositions nécessaires pour neutraliser, dans toute la mesure du possible, imprévus, contretemps ou déconvenues, puis passe le reste en "pertes et profits".

k)    Une éventualité aux conséquences gravement désorganisatrices ne l'enchante pas plus qu'une autre personne, mais ne l'abat pas longtemps, car elle garde confiance dans sa capacité à "se ressaisir" et regroupe méthodiquement ses moyens.

l)      Les pires adversités ne l'affligent pas moralement. De jour en jour - parfois d'heure en heure - elle remonte paisiblement le courant, atténue le mal qui l'a frappée et s'efforce d'en surmonter, une à une, toutes les conséquences; elle se sent ensuite plus forte, plus combative qu'auparavant et mieux armée pour la lutte.
Si, dans l'avenir, il lui faut affronter d'autres combats; elle se dit "J'en ai vu d'autres".

m) Si modeste que soit sa position, la personne calme influe toujours appréciablement autour de lui, ne serait ce que par la considérablement qu'inspire son comportement pondéré. On songe souvent à elle pour des postes de confiance ou de vigilance. Il recueille le maximum d'estime compatible avec sa valeur foncière - parfois plus encore.

Relisez plusieurs fois ce portrait et, à l'aide des phosphènes, imaginez-vous avec ardeur agissant ainsi.

b)            Les conditions physiologiques du calme

Il y a aussi des conditions physiologiques au calme.

Afin d'éviter toute nervosité, anxiété, angoisse et agitation qui vous font dépenser une énergie fort utile, il faudra vous abstenir absolument de boire des boissons alcoolisées et consommer avec modération tout excitant du système nerveux.

Tous les matins ou après les occupations de la journée, pratiquez une séance de gymnastique et, si possible des exercices de musculation, dans une pièce bien aérée. L'effort physique intense extirpera de votre psychisme toute trace d'agressivité, vous protégera de la maladie et vous évitera d'alourdir votre silhouette.

Prenez ensuite une douche ou un bain à l'aide d'un produit relaxant. Frictionnez-vous au gant de crin afin d'activer la circulation sanguine. Rincez-vous à l'eau tiède et terminez en vous aspergeant d'eau fraîche (insistez sur la nuque, les reins et les jambes).

Culture physique, maniement d'haltères, douche et friction suivis d'un repos allongé de 5 minutes pendant lequel on relâche bien les muscles dans le silence et la demi obscurité, telles sont les plus précieuses sources physiologiques de calme.

Je vous conseille vivement, pour l'équilibre de votre psychisme, de pratiquer régulièrement, et même assidûment un sport en salle ou de plein air. Il en existe pour tous les goûts et tous les âges.

2.            L'assurance

L’assurance, est une composante importante de l’influence visible, vous le comprendrez aisément. Et, garder son assurance, c’est d’abord ne pas perdre pied lorsqu’une émotion imprévue survient.

a)            Un exercice physique simple

Je vais vous décrire un exercice simple qui vous permettra de réagir dans un tel cas. Sa pratique régulière, à titre préventif après la séance quotidienne de culture physique, désensibilise et immunise.

Lorsqu’on ressent une émotion, le plexus solaire se noue, on a la “ boule dans l’estomac ” ; pour faire cesser cela, voici comment procéder :

1      Respirer profondément, en dilatant d'abord les sommets pulmonaires, puis en élargissant les côtes, expirer lentement;

2      Répéter le 1° et refouler ensuite l'air vers la base des poumons, gonfler ainsi l'abdomen;

3      Expirer sans hâte et sans effort en creusant l'abdomen;

4      Recommencer 3 fois le 2° et le 3°.

Reprendre l'exercice plusieurs fois, s'il le faut. Aussitôt, l'appréhension, l'anxiété, le trac, la crainte, la peur, le bouleversement intérieur, la montée des larmes cessent comme par magie.

b)            Quelle attitude mentale faut-il adopter ?

Faites un effort pour mettre à profit les possibilités d'influence que vous avez déjà en vous : le calme, l'impassibilité extérieure. Quand vous réussissez à “ encaisser ” avec tranquillité, indifférence et froideur, les regards menaçants, les paroles sèches, les critiques ou les injonctions, soyez certaine que votre attitude impressionnera l'autre. Vous influez sur lui dans la mesure même où il constate ses regards ou de ses paroles n’ont aucun effet sur vous.

Le calme de votre expression physionomique, la sobriété de vos répliques, l'impassibilité de votre attitude déconcertent votre interlocuteur. Il s'en irrite peut-être. A lui le rôle ridicule du frénétique, à vous celui de la personne qui se maîtrise souverainement et dont nulle provocation ne réussit à entamer la dignité.

D'ailleurs, votre comportement, maintenu jour pour jour, heure par heure, usera graduellement la combativité de l'adversaire. Son attitude, vis-à-vis de vous, ne tardera pas à se modérer. Elle lui inspirera une considération à l'envahissement de laquelle il résistera peut-être un certain temps mais qui l'emportera, finalement dans la balance.

c)            Comment vous prémunir des attaques éventuelles d'autrui

Les exigences sociales nous mettent, chaque jour en présence d'un certain nombre d'individualités. Toutes ne sont pas harmonieuses; certaines se situent du désagréable à l'odieux.

Prenez un moment, soit au réveil, soit avant de dormir et, sur l'écran de votre imagination, évoquez successivement l'aspect et les caractéristiques de chacun des personnages dont le contact vous opprime, en commençant par le plus détestable. Donnez à cette représentation le plus de vie possible. L'aspect visuel statique ne suffit pas, la voix, la démarche, les poses, les expressions, le langage habituel, tout doit émerger de votre mémoire et animer le portrait fictif.

Et maintenant, laissez s’exprimer toute votre réprobation, tout votre ressentiment. Insurgez-vous. Empoignez (en imagination) votre personnage, secouez-le, giflez-le si le coeur vous en dit, envoyez-le, d'une bourrade au fond de son fauteuil ou à terre. Engueulez-le énergiquement. La colère contenue, silencieuse, nuit à la santé de chacun. Intimez-lui l'ordre de se montrer plus modéré. Affirmez-lui qu’il n’y a aucune possibilité de vous affecter, que devant vous il se trouve en face d'un bloc de granit contre lequel il s'écorchera avant de l'entamer d'un dix millième de millimètre.

Ce procédé aura deux effets : il fortifiera votre auto-contrôle et votre assurance; ensuite, il influera, télépsychiquement, sur chacun de vos "sujets" et atténuera considérablement leur animosité ou leur prétention.

d)            Comment conserver son assurance, lors d’un rendez-vous important

Quand vous avez, en perspective, quelque entrevue exceptionnelle avec une personne que vous ne connaissez pas encore ou que vous connaissez peu, préparez-vous, avec l'intention de forger les meilleures dispositions desquelles vous souhaitez vous trouver pourvue au moment de l'entrevue.

Confortablement assise, les muscles relâchés, au repos, dans le silence, ruminez l'objet de votre débat, cherchez, pour votre exposé, des formules claires et concises. Tâchez de prévoir les objections qui pourraient vous être opposées et de composer les réparties les plus adroites. Ici encore l'imagination peut concourir avec grande efficacité, à votre succès.

Une sorte de "répétition mentale" de la scène prévue fera surgir de votre subconscience de multiples inspirations et vous prédisposera à une attitude sans embarras. Bien entendu, comptez avec la surprise. Votre futur interlocuteur et ses réactions bien distinctes de celles dont vous vous étiez forgée l'idée, vous déconcerteront peut-être dans une certaine mesure. En les observant, à vous de "rectifier le tir" et de viser à obtenir au moins l'acceptation d'une seconde entrevue que vous préparerez plus lucidement que la première grâce aux observations que vous aura permises celle-ci.

Si vous avez à effectuer une démarche qui vous paraît un peu désagréable ou si vous êtes obligée de vous adapter à un milieu nouveau, faites-vous l'idée que "c'est du sport". Vous vous entraînez ainsi à devenir imperturbable.

3.            Présentation et comportement

Si les recommandations qui vont suivre vous semblent élémentaires, n'en dédaignez l'importance sous aucun prétexte ; en effet, tous les conseils que je vous ai déjà donnés peuvent parfois être réduits à néant à cause d’erreurs de présentation ou de comportement. La présentation et le comportement sont la première image que vous donnez aux autres, lorsqu’ils ne vous connaissent pas encore.

Evitez à tout prix toute négligence ou laisser-aller relatif à l'entretien en parfait état des dents, de la chevelure, des ongles, de la peau, du visage, du corps, etc... Ne vous soustrayez sous aucun prétexte à votre douche matinale qui vous tonifie, revigore et met en forme pour la journée.

Entretenez régulièrement vos vêtements et chaussures. Choisissez attentivement tout ce qui contribue à embellir votre présentation. A prix égal, il y a des coloris, des tissages et des formes mieux adaptées que d'autres à votre silhouette.

Afin d'améliorer votre port et votre démarche, exercez vos muscles abdominaux et assouplissez votre corps.

Pour ériger votre colonne vertébrale, tous les matins allongez-vous et étirez jambes et bras en plaquant les lombaires au sol.

Tous les jours, marchez de long en large dans votre appartement pendant au moins 10 minutes avec un gros livre sur la tête. Vous acquerrez ainsi un port de tête noble et musclerez votre dos.

Mangez léger. Evitez graisses et sucreries, alcool et plats copieux tout en prenant plaisir à déguster les mets de qualité. Vous soignerez ainsi à la fois votre santé et votre silhouette. On ne peut pas cultiver son psychisme l'estomac lourd.

Dans votre attitude quotidienne, vos gestes et paroles, ayez toujours le sens de la mesure. Adaptez-vous avec tact et souplesse à la mentalité de votre auditeur. Abstenez-vous de toute observation critique, car la critique blesse toujours, elle ne fait que créer un climat négatif.

Veillez à ce que rien ne "vous échappe", à ce que vos lèvres n'articulent que ce qui a été, dans les précédentes secondes, composé mentalement. Ne choquez jamais, vous seriez automatiquement rejeté.

Tout ceci est également à mettre en pratique lorsque vous vous adressez à quelqu'un par courrier.

L'empressement servile est déconseillé. Si vous êtes résolu à développer votre influence personnelle, vous devez apprendre à "dire non" avec autant de fermeté que de courtoisie. Par contre l'obligeance, la politesse et la délicatesse sont à utiliser abondamment.

4.            L'éducation du regard et le contrôle de soi

Le regard est une “ arme ” très importante du Magnétisme Personnel.

Voici deux principes fondamentaux :

·       Si quelqu'un cherche à influer sur vous par l'intermédiaire du regard, ne détournez pas la tête. Portez votre propre regard à 2 ou 3 centimètres au-dessus, au-dessous, à droite ou à gauche de celui de l'autre. Cela vous permet de peser ce qu'il dit, de réfléchir à ses paroles sans distraction, car le sens critique échappe alors à toute pression. Vous gardez intact votre discernement.

·       Quand vous parlez, à votre tour, orientez votre ligne de mire vers le point médian situé entre les yeux de celui ou de celle à qui vous vous adressez. Ceci en vue d'accaparer son attention, de la fixer à un point, ce qui tend à assoupir ses facultés cérébrales. Ce  que vous désirez sera enregistré plus favorablement.

Exercez-vous à ciller le moins possible, votre regard deviendra plus pénétrant.

En temps perdu, choisir un point (brillant ou non) et s'efforcer de maintenir son regard fixé sur ce point. On choisira d'abord une "cible" située sur le même plan horizontal que les yeux, puis on passera à une zone plus élevée, à une zone plus basse, puis on s'exercera vers la droite et vers la gauche.

Au moindre symptôme de fatigue (picotement, larmoiement) il faut s'arrêter et ne reprendre la fixation qu'après disparition de toute sensation désagréable.

Gardez en travaillant votre regard une expression neutre : ne froncez pas les sourcils, maintenez la relaxation de vos muscles faciaux, bannissez toute tension visible ou intérieure.

A partir du jour où vos yeux, votre clignement de paupières, votre expression physionomique se trouvent sous votre contrôle, adoptez la ligne de conduite suivante : en travaillant, en parlant aux uns ou aux autres, en écoutant ceux-ci, gardez une froideur absolue. Que vos yeux, normalement ouverts, clignent le moins possible, que vos pensées, vos réactions - si intenses soient elles - ne modifient rien à votre expression, tranquille, impassible, indéchiffrable.

Bien entendu, s'il y a lieu d'exprimer délibérément une certaine disposition d'esprit si, par exemple, vous avez à féliciter quelqu'un, à encourager un malade ou à exprimer des condoléances, appliquez-vous à donner, volontairement, à votre masque, l'expression convenable, sans perdre de vue, cependant, que ce que vous direz, et la manière dont vous le direz importent plus encore que le regard ou l'expression.

Ne trahissez jamais, sous aucune considération, votre inquiétude, votre chagrin, votre mécontentement ou votre réprobation. Maîtrisez-vous à tout instant quelles que soient les circonstances. Vous donnerez ainsi l'impression d'une force au repos. Votre regard retiendra ceux de vos interlocuteurs, lesquels vous écouteront, alors, avec une attention passible.

Si l'on vous adresse des reproches, écoutez, ne vous récriez pas, semblez prendre bonne note. S'ils sont mal fondés cela ne tardera pas à devenir évident et votre attitude impassible vous vaudra une considération méritée.

Si, au contraire, vous êtes l'objet de compliments, accueillez-les sans marque excessive de satisfaction et gardez présent à l'esprit qu'en ce qui vous concerne, votre approbation justifiée a plus d'importance que celle de qui que ce soit. Mieux vous observerez la règle de ne jamais témoigner d'empressement, ni faire d'avances, de ne rechercher ni la flatterie, ni la sympathie, ni l'admiration, plus il y aura de gens animés du désir d'obtenir vos bonnes grâces.

Là, encore, un regard absolument calme et indifférent vous assurera la recrudescence des tentatives de vos courtisans. Moins vous semblerez attacher d'importance à leurs sentiments, réels ou affectés, plus avivé sera leur désir de vous plaire.

D'une manière générale, moins vous permettez aux sentiments et aux choix qui vous animent de se révéler, plus secrets resteront votre savoir, vos opinions, vos desseins, plus intense deviendra votre puissance attractive.

5.            La suggestion

a)            La suggestion verbale

Je vais vous énumérer les principaux principes de la suggestion verbale.

a)   Un calme inébranlable, doublé d'une assurance absolue sont indispensables au maniement lucide de l'influence suggestive : tout doit être dit de sang froid, pesé, évalué quant à l'impression que chaque parole peut produire. Quelles que soient les réactions de votre interlocuteur, demeurez impassible et courtoise.

b)   Considérez toute personne comme sujet d'entraînement de votre puissance suggestive : la plus inaccessible (en apparence) comme celle qui vous semble la plus malléable, la plus éminente, comme la plus insignifiante.

c)   Songez à créer, chez tous, un état de réceptivité. Ne traitez personne avec désinvolture ni surtout avec dédain. Ayez des égards pour les plus infimes, comme vis-à-vis de vos égaux et de vos supérieurs. Sachez écouter et manifester de l'intérêt. Maintenez une attitude attentive autant qu'impassible.

N'entreprenez pas, systématiquement, de modifier l'avis des gens. Abstenez-vous de la contradiction systématique, de la critique ou de l’ironie. Si bêtes que soient les propos que l'on vous tient, ce serait une faute que de laisser deviner le peu de considération que vous leur attribuez. Toute personne à qui vous donnez l'impression que vous l'estimez, que vous admettez sa valeur, son importance, se trouve désarmée et portée à vous être agréable ou utile.

d)   Concevez que toute disposition mentale, même la plus ferme, peut être modifiée graduellement grâce à votre influence personnelle.

e)   Evitez de "démasquer vos batteries". En d'autres termes, faites en sorte que la personne à influencer n'ait pas la moindre idée de l'objectif que vous poursuivez. Préméditez ce que vous pourriez bien lui dire, ou dire en sa présence, à quelqu'un d'autre, qui soit de nature à éveiller dans son esprit des idées favorables à ce que vous voulez.

f)     Quand il paraîtra indispensable d'avoir recours à l'affirmation, parlez de manière à produire une profonde impression, d'abord par une articulation impeccable, ensuite par un choix judicieux de considérations et d'arguments. Vous userez alors du regard comme je vous l'ai indiqué dans le paragraphe précédent et vous soutiendrez tardivement votre point de vue, sans sortir du calme le plus parfait et de la mesure la plus circonspecte.
Ménager la susceptibilité de vos interlocuteurs, c'est éviter de la liguer parmi les adversaires de votre volonté. Insistance, fermeté, énergie, d'une part, courtoisie d'autre part, voilà un ensemble de moyens auquel peu de personnes résistent. Irriter quelqu'un c'est lui prêter des forces pour vous tenir tête; le désarmer par une patience paisible et courtoise, voilà la supériorité. De tout ceci, inspirez votre attitude : VOUS VOUS EN FELICITEREZ.

g)   Si vous vous trouvez en présence d'un individu sans contrôle, enclin à user de paroles blessantes ou injurieuses, restez froide. Cessez l'entretien ou poursuivez-le avec une dignité distante et imperturbable, mais ne vous laissez pas contraindre à imiter un mauvais exemple. Ne permettez jamais que le comportement d'un autre subordonne le votre.

h)   Recommencez vos tentatives avec optimisme, car, vous le savez, c'est la répétition qui fait la force de la suggestion. Chaque nouvel effort ajoute quelque résultat au précédent. Toute suggestion, une fois enregistrée travaille l'esprit sans que l'on s'en aperçoive.
Vous constaterez plus d'une fois que ce que vous avez semé a germé et s'est épanoui sous l'apparence d'une idée spontanée : la personne qui tiendra de vous cette idée vous en parlera comme si l'inspirat

Publié dans Médecine alternative

Commenter cet article

ARES 11/10/2010 21:29



POUR ENFILLER BIEN PENSER à LA LUMIERE EN SE PENCHANT EN AVANT !



Patrick Bouchy 20/04/2010 23:03



Merci pour ces explications bien pratiques, un peu différentes de celles des «Editions phosphénisme» mais semblables sur le principe du mixage.


- La différence, surtout sur le temps d’éclairement ; 3 minutes au lieu de 30 secondes!?


Si les 3 minutes sont confirmées, comment gérer ce temps? Peut-être par l’apparition du gris, après les couleurs, si j’ai bien compris!?


- Le balancement. est-ce lui qui crée les co-phosphènes?


Pas de Site, un jour peut-être grâce à Dieu et une ‘‘illumination’’ phosphènique! Alors, ce serait ‘‘gagné’’!


Dans l’attente de vous lire, je vais tenter d’expérimenter.....


et merci encore.


Patrick



logo 10/11/2010 13:16



Faites nous un retour SVP



Stéphane 10/04/2008 16:47

Et bien au début du paragraphe sur le Magnétisme personnel tu décris 2 types d'influences : l'influence visible et l'influence invisible. Ensuite, tu pars sur "A. Comment exercer votre influence visible" mais il n'y a pas de "B. Comment exercer votre influence invisible".Voilà comment je comprend sa question. Pour parler de l'article, je pense essayer le phosphénisme car la méthode semble intéressante (je découvre juste) mais ta description de la personne calme que tu souhaite nous faire prendre comme modèle me fait un peu froid dans le dos. C'est à mes yeux la description d'une personne hyppocrite et manipulatrice laissant transparaitre le moins possible de sentiments ou uniquement de manière réfléchie. Personnellement, ça n'est pas mon truc, mais le peu que j'ai découvert de ton blog aujourd'hui est réellement enrichissant (même si cette méthode ne me convient pas trop :D)Bonne journée, à plus tard

logo 12/04/2008 12:33


Bonjour Stéphane,

je comprends ta réaction fasse à l'insensibilité apparente de l'individu final du phosphénisme.

Le truc n'est pas de devenir insensible ni hypocrite ... Mais bel et bien de contrôler quelque peu ses émotions afin de ne pas se laisser submerger par ces dernières...

En effet, en cas d'urgence, gardez le contrôle de soi même est souvent bien utile car la panique ne mène à rien...

PAr contre, si tu as peur de devenir insensible, saches qu'il y a en effet un risque, mais qu'à partir du moment où tu sais ce que c'est, car c'est au fond de toi, la sensiblité, tu pourras
toujours y faire appel. En fait , il faudra même te forcer à la maintenir.

Car l'objectif, pour moi, n'est ni d'être trop sensible, ni trop insensible... Tout est question d'équilibre à mon sens, et le contrôle permet q'y arriver quelque peu.

J'aimerai ne pas avoir besoin de contrôler mes émotions, mais malheureusement ceci est une arme plus qu'importante à l'heure où je te parle... Le but étant pour moi qu'à terme nous n'en ayons plus
besoin...

Après la guerre, je poserai les armes... Mais si je veux la gagner, je n'ai pas le choix : il me faut être armé...

Voilà ma vision des choses

logo




Carlos 19/01/2008 11:51

BONJOURc'est vraiment un super articleça fait 4 mois que je m'en sert comme bibleafin de retrouver le calmeça marchemais j'ai une questioncomment exercer l'influence invisible?cordialement

logo 23/01/2008 13:09

Bonjour, je me rends compte ( mieux vaut tard que jamais ) qu'il manque la fin de l'article... la voici :"h) Recommencez vos tentatives avec optimisme, car, vous le savez, c'est la répétition qui fait la force de la suggestion. Chaque nouvel effort ajoute quelque résultat au précédent. Toute suggestion, une fois enregistrée travaille l'esprit sans que l'on s'en aperçoive. Vous constaterez plus d'une fois que ce que vous avez semé a germé et s'est épanoui sous l'apparence d'une idée spontanée : la personne qui tiendra de vous cette idée vous en parlera comme si l'inspiration venait d'elle-même, résultait de ces propres réflexions.i) Ne perdez jamais de vue qu'une voix posée et une diction cultivée charment l'esprit comme l'oreille.j) Quand vous aurez l'impression de vous heurter à un "bloc granitique", à une impossibilité, que cela ne vous déprime pas le moins du monde. Neuf fois sur dix il s'agira d'un type humain assez distinct de ceux que vous avez, précédemment, contacté, pour déconcerter momentanément vos moyens. Prenez votre temps. Ayez un certain nombre d'entrevues pendant lesquelles vous laisserez au second plan le souci de ce que vous voudriez obtenir, et vous porterez toute votre attention à observer, à étudier, à analyser le sujet. Peu à peu, celui-ci vous deviendra de plus en plus transparent. Inconsciemment, il vous révélera un certain nombre de ses caractéristiques, de ses points faibles, vulnérables. Cherchez le point de moindre résistance. Ayez la certitude la plus absolue que votre sujet - comme tout le monde - enregistre les suggestions. Alimentez sa pensée de toute considération attrayante de nature à le placer dans les dispositions que vous désirez. Au mur infranchissable, vous trouverez un accès."Ensuite, j'ajouterai que je n'ai pas bien saisi le sens de votre question Carlos... Si vous pouviez préciser quelque peu SVPmerci

B A 27/12/2007 23:46

Bonjour,Merci pour vos informations sur le phosphénisme que j'ai décidé d'expérimenter. Juste une question, je porte des lunettes; dois-je les enlever quand je fais l'exercice ?Merci d'avance

logo 17/01/2008 13:01

Désolé d'avoir été aussi long.... ne portant pas de lunettes, je ne m'étais pas vraiment posé la question...http://www.phosphenisme.com/z_qigong.htmllà on vous indique kil faut impérativement enléver toute lunettes ou lentilles avant de procéder...Bonne année 2008