LES PROBLEMES DE L'ISOLEMENT DU VIH

Publié le par AlterMan

Etienne de Harven, MD.


Que pouvons-nous faire pour mieux aider l’Afrique ? Quelles sont les priorités qui nous permettraient de contrôler ce que l’on y décrit actuellement comme l’épidémie du SIDA ? Depuis vingt ans, toute la recherche fut basée sur l’hypothèse du VIH. Avons-nous de bonnes raisons, aujourd’hui, pour douter de cette hypothèse ? Oui, certainement, car de gros problèmes persistent concernant l’isolement et la purification du VIH. En effet, et malgré de très nombreuses affirmations du contraire, ce rétrovirus n’a jamais été ni isolé, ni purifié d’une manière scientifiquement acceptable en virologie classique.
Pour bien démontrer l’ampleur du problème, il faut comparer les résultats actuels obtenus avec le VIH et ceux obtenus, il y a de nombreuses années, en pathologie expérimentale, avec un autre rétrovirus, le virus de Friend, reconnu comme étant associé à une leucémie chez certaines souris. Ces deux rétrovirus ont des morphologies fort semblables lorsqu’ils sont examinés au microscope électronique, ils ont des diamètres identiques, et sédimentent à la même densité dans les gradients de sucrose. Une comparaison directe des problèmes posés par leur isolement et par leur purification est donc parfaitement appropriée.
Les souris atteintes de la leucémie de Friend ont un nombre considérable de particules rétrovirales dans leur sang circulant. Ce phénomène, que l’on appelait « Virémie » dans le passé (1), serait appelé « Charge Virale » dans le langage d’aujourd’hui. À partir de quelques centimètres cube de plasma sanguin de ces souris, les particules virales étaient facilement isolées, par une simple méthode d’ultrafiltration et de centrifugation.
Ce qui est proprement stupéfiant, c’est que personne n’a réussi jusqu’ici, en appliquant cette méthode simple, à démontrer les particules de VIH dans le sang d’aucun malade sidéen, même si les échantillons sanguins sont prélevés chez des patients identifiés, par les méthodes de la PCR, comme ayant une « Charge Virale » élevée ! L’absence de toute donnée en microscopique permettant d’élucider la nature de la dite « Charge Virale » chez les patients sidéens, si embarrassante qu’elle soit, a été soulignée pour une première fois lors d’une importante conférence sur le SIDA, à Prétoria, en mai 2000 (2). Aucun des experts présents à cette conférence n’a pu démontrer, ou faire référence à des publications dans lesquelles le VIH aurait été observé directement dans le sang de malades sidéens. Par surcroît, il y aura bientôt deux ans qu’une prime de 100.000 dollars a été officiellement offerte (3) à celui qui réussirait à démontrer les particules de VIH dans le sang de malades supposés avoir une charge virale élevée. À ce jour, cette prime n’a jamais été réclamée. Manifestement, l’isolement et la purification de particules rétrovirales que l’on pouvait si facilement effectuer chez les souris leucémiques n’a jamais pu être réalisé chez les patients du SIDA.


PRETENDUS ISOLEMENTS DU VIH BASES SUR DES « MARQUEURS » NON SPECIFIQUES
Depuis 20 ans, la littérature médicale est inondée par des publications dans lesquelles les auteurs ont tenté de masquer l’absence de particules rétrovirales dans des échantillons prélevés directement chez des malades du SIDA. Dans toutes ces publications, des « Marqueurs » moléculaires, supposés être spécifique du VIH, remplacent systématiquement les particules virales manquantes. . Ces marqueurs sont de nature physique, biochimique ou génétique.
Marqueurs physiques.
On savait depuis fort longtemps que les rétrovirus classiquement isolés chez les poulets, les souris et les chats ont tous la même forme et la même densité, ce qui les fait tous sédimenter au même niveau, après sédimentation à grande vitesse dans des gradients de sucrose. En fait, tous ces rétrovirus sédimentent à la densité de 1.16 gr de sucrose par ml (4). Le soi-disant VIH ayant été classifié comme un rétrovirus, on devait logiquement s’attendre à le voir sédimenter à cette même densité.
Ce que l’on savait aussi depuis bien longtemps, et bien avant l’émergence du SIDA, c’est que d’innombrables fragments et débris cellulaires, eux aussi sédimentent à cette même densité (voir 5, 6 pour confirmation récente). Récolter du matériel sédimentant à cette densité n’est donc en rien une preuve suffisante de l’isolement d’un rétrovirus, à moins que des contrôles satisfaisant au microscope électronique ne permettent d’exclure une contamination par des débris cellulaires. Ce contrôle était et demeure essentiel ! Et son importance avait d’ailleurs été soulignée lors d’une importante conférence internationale, à Paris, en 1974 (4). Ce qui est fort étonnant c’est que c’est dans ce même laboratoire de l’Institut Pasteur que, dix ans plus tard, en 1983, un article fut publié (7), article dans lequel ces contrôles ont apparemment été omis. Apparemment, car il semblerait (20) que ces contrôles avaient été tentés mais que les résultats n’étaient pas encourageant. Et pourtant, c’est dans ce même article que l’isolement d’un rétrovirus, le futur VIH, a été annoncé. Fort malheureusement, c’est cet article-là qui a donné à la recherche sur le sida une direction plus qu’incertaine pour les vingt années suivantes.
Marqueurs biologiques
En 1970, Temin (8) et Baltimore (9) ont découvert une activité enzymatique, jusqu’alors ignorée, dans des échantillons prétendument purifiés de rétrovirus expérimentaux. Cette enzyme fut appelée « Transcriptase inverse » car elle est capable d’induire la synthèse d’ADN à partir d’un modèle d’ARN. C’était là, en effet, une découverte fondamentale qui a révolutionné la génétique moléculaire. Et comme cette enzyme fut observée pour la première fois dans des échantillons de virus cancérigène à ARN (« Oncornavirus »), l’idée s’est rapidement implantée que cette enzyme représentait un marqueur spécifique de ces virus, d’où la décision de donner à ces virus un nouveau nom, le nom de « Rétrovirus ». Et depuis lors, la transcriptase inverse a été considére comme un marqueur du VIH…
Et cependant, peu après les publications de Temin et Baltimore, il est apparu clairement que la transcriptase inverse était, en fait, un phénomène très commun en biologie et n’était en aucune manière une spécificité unique aux « Rétrovirus »(10, 11, 12). Malheureusement, Temin et Baltimore n’ont apparemment rien fait pour vérifier la pureté des échantillons de virus employés dans leurs expériences. En conséquence, toute contamination de ces échantillons par des débris cellulaires (10), bactériens (11) ou mycoplasmatiques pouvait tout aussi bien rendre compte de leurs observations. En 1983, le groupe de l’Institut Pasteur a annoncé l’isolement d’un nouveau rétrovirus (le futur VIH) en basant leur conclusion principalement sur deux critères, à savoir la détection d’une activité de transcriptase inverse dans du matériel sédimentant à la densité de 1.16 gr de sucrose par ml. Ces deux critères manquent de toute signification s’ils ne sont pas confortés par un contrôle en microscopie électronique permettant d’exclure toute interférence par des contaminants non-viraux, dont on sait qu’ils sont très fréquemment présents dans des préparations de rétrovirus soi-disant purifiés (5, 6).
Plusieurs protéines, prétendument d’origine virale, sont fréquemment utilisées comme marqueurs spécifiques du VIH, par exemple p24. Les doutes les plus sérieux ont été exprimés sur leurs spécificités depuis plus de 10 ans. Récapitulant toutes les discordances, l’absence de toute corrélation entre les mesures de p24 et celles de la charge virale a récemment été soulignée (13). Étonnante aussi l’observation, faite sur des chiens, indiquant que 40% des chiens répondent positivement dans les tests du Western blot aux protéines obtenues par recombinaison génétique telles que gp120, gp47, p31 et p24 (14). Il fallait s’attendre à de tels résultats, car le groupe de Perth, en Australie (Eleni Papadopulos, Val Turner et leurs collaborateurs) avait été le premier, en 1993, à démontrer l’absence totale de spécificité de ces prétendues protéines structurales du VIH dans un article publié dans Nature/biotechnology (15), article fondamental que l’orthodoxie du SIDA s’est empressée d’ignorer. Pour citer les principaux exemples, gp41 semble correspondre à l’actine, et gp 120-160 sont vraisemblablement des oligomères de gp41.En conclusion, les débris cellulaires qui contaminent très fréquemment les rétrovirus mal-purifiés peuvent facilement expliquer la présence de prétendus marqueurs rétroviraux, et les soi-disant succès d’isolement du VIH proviennent très vraisemblablement d’une confiance totalement non-justifiée en des marqueurs non-spécifiques.
Marqueurs génétiques et mesure de la charge virale.
Cette approche pourrait paraître plus attractive pour deux raisons : 1) elle s’applique directement au sang des malades, évitant ainsi les difficultés d’interprétations des données obtenues en culture cellulaires, et 2) elle est sensé être quantitatif.
Cependant, et comme déjà souligné, il n’a jamais été possible d’observer au microscope électronique de particules de VIH dans le sang des malades. Que mesure-t-on alors par la technique du PCR ? Très vraisemblablement les méthodes du PCR amplifient de petits fragments d’ARN qui sont plus abondants dans diverses conditions de stress et d’affections chroniques (16), et qui comportent des segments rétroviraux dérivant des rétrovirus humains endogènes (HERV’s). Ceci n’a rien de surprenant, puisque environ 2% du génome humain présente une nette homologie rétrovirale (17). En conséquence, mesurer la prétendue charge virale par PCR n’a vraisemblablement aucune corrélation avec une hypothétique virémie à VIH, ce qui ne devrait surprendre personne quand on se souvient du fait que Kary Mullis lui-même, l’inventeur du PCR qui reçut pour cela le prix Nobel en 1993, rejette catégoriquement l’usage qui est fait de « sa » méthode pour mesurer une prétendue charge rétrovirale (18).


L’ABUS DES BELLES IMAGES.
La « Charge virale » des journaux et des magazines est énorme, et pourrait se mesurer par le nombre d’images du VIH qui paraissent presque quotidiennement dans la presse mondiale ! Ces images sont très attractives, et fréquemment hautes en couleurs artificielles. Elles illustrent bien le danger qu’il y a à fausser l’information du public avec le graphisme qui naît de nos ordinateurs. De telles images, portées à l’attention du public et de la profession médicale, tentent de transmettre un message évident : « Oui, le VIH a bel et bien été isolé puisqu’on peut le portraiturer au microscope électronique » !
Toutes ces images représentent des rationalisations informatisées et embellies basées, d’assez loin, sur des images de virus prises au microscope électronique, images similaires à celle qui illustrait, par exemple, l’article de l’Institut Pasteur en 1983 (7). Mais ces images, prises au microscope électronique, ne proviennent jamais directement d’un malade du SIDA. Elles proviennent TOUTES de cultures cellulaires complexes préparées et souvent échangées d’un laboratoire à l’autre, cultures qui ont été décrites comme de véritable « soupe de rétrovirus » (20), tellement tout avait été fait pour être sûr d’y trouver ce que l’on y cherchait. Par contre, ce que l’on a apparemment omis de faire ce sont les contrôles qui auraient permis de clarifier l’origine endogène des virus observés dans les cultures. Et même si ces contrôles ont été fait, leurs résultats n’ont semble-t-il jamais été publié. Nous attendons toujours l’éditeur d’un journal qui, à côté des belles images informatisées du VIH, aurait l’honnêteté d’expliquer à ses lecteurs que de tels virus ont uniquement été observés en cultures cellulaires et que tout ceci doit encore être confirmé sur des échantillons qui proviendraient directement de patients du SIDA.
Les cultures cellulaires utilisées en recherche sur le SIDA sont toutes mixtes et hautement stimulées.
Mixtes, car elles contiennent par exemple des lymphocytes d’un patient, plus les cellules H9 du laboratoire de Gallo, cellules bien connues comme porteurs chroniques de rétrovirus (21). Ou encore, comme ce fut le cas dans les observations initiales de l’Institut Pasteur en 1983, des lymphocytes d’un patient suspecté sidéen, plus des lymphocytes isolés à partir de sang du cordon ombilical. Ces lymphocytes provenant du cordon ombilical étant d’origine placentaire ont toute chance d’être porteur de rétrovirus endogènes, le placenta étant bien connu, depuis 1979, pour être un tissu particulièrement riche en rétrovirus (22).
Par surcroît, ces cultures complexes étaient toujours stimulées par de multiples facteurs de croissance tels que la phytohémagglutinine, le facteur de croissance des lymphocytes T, ou l’interleukine2, ou des hormones corticostéroïdes. Tous ces facteurs sont connus pour leur capacité d’activer l’expression de rétrovirus endogènes (HERVs) qui, bien que défectifs, peuvent acquérir une enveloppe et bourgeonner sur les surfaces de cellules ainsi activées. Vraisemblablement, c’est ce qui s’est produit en 1983 (7) lorsque des lymphocytes provenant du cordon ombilical ont été activés par deux de ces facteurs (PHA et TCGF). Malheureusement, les contrôles qui auraient permis de vérifier cette interprétation n’apparaissent pas dans la littérature.
En bref, on a omis d’utiliser la microscopie électronique pour exclure la présence de débris cellulaires dans des préparations de virus considérés à tort comme purifiés, et on a interprété dangereusement des images de bourgeonnement viral à la surface de lymphocytes d’origine placentaire.


CONCLUSION

En conclusion, il semble qu’en effet le VIH n’a jamais été ni isolé, ni purifié d’une manière concluante et que, par conséquent l’hypothèse VIH de l’origine du SIDA doit être fondamentalement révisée.
Plus précisément, sans purification du VIH, les antigènes spécifiques de ce virus ne peuvent pas être rigoureusement identifiés (15). Et pourtant ce sont ces antigènes-là qui sont à la base de tous les tests sérologiques utilisés aujourd’hui pour détecter la présence d’anticorps anti-VIH, ELISA, Western blots, et plus récemment des tests rapides tels que « Capillus », « Determine », et « Vironostika ». Les techniques d’ADN recombinant, certes, donnent des produits d’une grande pureté, mais ne peuvent pas leur conférer la spécificité manquante. Il n’est donc pas surprenant que des douzaines de conditions médicales, comprenant la tuberculose, la malaria, la lèpre, les transfusions sanguines multiples, certains vaccins, la multiparité, etc., peuvent toutes être l’origine de tests VIH faussement positifs (26).
Des particules rétrovirales ont indiscutablement été observées, non pas directement chez des patients sidéens, mais dans des cultures cellulaires mixtes et hautement stimulées (7). Très vraisemblablement, ces particules représentent des rétrovirus endogènes (17) dont le rôle hypothétique dans la cause du SIDA n’a jamais été prouvé.
Les particules de VIH, introuvables directement chez les patients, ont été adroitement remplacées par des « Marqueurs », car il fallait sauver l’hypothèse VIH à tout prix (voir la Durban Declaration, 27), même au prix de l’intégrité scientifique (28).
Si le SIDA était vraiment causé par le VIH, comment pourrions-nous comprendre qu’après 20 années de recherches intensives basées exclusivement sur cette hypothèse on ne soit jamais parvenu à isoler ce virus ? Vingt années de recherche qui n’ont conduit à aucun traitement curatif, à aucun vaccin, et à aucune prédiction épidémiologique vérifiable…
Il est donc très urgent de poser la question essentielle : l’hypothèse VIH est-elle correcte ? Très urgent, car il y a moyen de voir le SIDA autrement (29), en dehors du cadre des maladies infectieuses, et en dehors du cadre des rétrovirus. Et dans cette perspective, qui est chargée d’optimisme, les difficultés considérables rencontrées dans les efforts d’isolement et de purification du VIH peuvent trouver une explication fort simple. Une explication qui rappelle les doutes que de nombreux scientifiques « dissidents » ont sur l’existence même du VIH. Ces doutes, que je partage entièrement, ne sont pas nouveaux et avaient été clairement exprimés il y a de nombreuses années (30, 31). N’oublions pas le titre du livre publié par Peter Duesberg en 1996 : « Comment on a inventé le virus du SIDA »…
En conséquence, les priorités pour l’assistance médicale aux pays sub-sahariens doivent de toute urgence être révisées comme suit :
1) Suspendre toute administration de médicaments antirétroviraux jusqu’à ce que l’existence même du VIH et son hypothétique pathogénicité soient scientifiquement établies.
2) Suspendre l’usage des tests sérologiques dont la spécificité est très loin d’avoir été démontrée ;
3) Employer toutes les économies réalisées par 1) et 2) pour fournir aux peuples d’Afrique une alimentation adéquate, une distribution d’eau potable bien contrôlée, et des conditions d’hygiène et de logement satisfaisantes. Et des dispensaires pour fournir des soins de santé de base (malaria, tuberculose etc)
Je vous remercie pour votre attention.


Références
1) de Harven E. Viremia in Friend murine leukemia : the electron microscope approach of the problem. Pathologie-Biologie 1965; 13 :125-134. See also : de Harven E., Pioneer deplores « HIV », Continuum 1997, vol 5 n°2, page 24.
2) de Harven E. Summary statement. Interim Report of the Aids Advisory Panel, Pretoria, SA, May 2000. Published by the South Africa Government, on April 4, 2001.
3) Russell A. http://www.redflagsweekly.com/Thursdayreport/prize.html
4) Sinoussi F, et al. Purification and partial differentiation of the particles of murine sarcoma virus (M.MSV) according to their sedimentation rates in sucrose density gradients. Spectra, n°4, 1973, pp 239-243.
5) Bess JW et al. Microvesicles are a source of contaminating cellular proteins found in purified HIV-1 preparations. Virology 1997; 203 ;134-144.
6) Gluschankof P. et al. Cell membrane vesicles are a major contaminant of gradient-enriched human immuodeficiency virus type-1 preparations. Virology 1997; 230: 125-133.
7) Barré-Sinoussi F. et al. Isolation of a T-lymphotropic retrovirus from a patient at risk for acquired immune deficiency syndrome (AIDS). Science 1983; 220: 868-871.
8) Temin HM, Mizutani S. RNA-dependent DNA polymerase in viriona of Rous sarcoma virus. Nature 1970; 226: 1211-1213.
9) Baltimore D. RNA-dependant DNA polymerase. Nature 1970: 1209-1211.
10) Ross J et al. Separation murine cellular and murine leukemia virus DNA polymerase. Nature New Biology 1971 ; 231 :163-167.
11) Beljanski M. Synthèse in vitro de l’ADN sur une matrice d’ARN par une transcriptase d’Esscherichia coli. C.R. Acad. Sci 1972 ; 274 :2801-2804.
12) Varmus H. Reverse transcription. Sci. Am 1987 ;257 :48-54.
13) Franchi F. In search of HIV ; http://www.cesil.com/0898/en frah08.htm
14) Strandstrom HV et al. Studies with canine sera that contain antibodies which recognize human immunodeficiency virus structural proteins. Cancer Research 1990 ;50 :5628s-5630s.
15) Papadopulos-Eleopulos E et al. Is a positive Western blot proof of HIV infection ? Bio/Technology 1993 ;11 :696-707.
16) Urnovitz HB et al. RNAs in the sera of Persian Gulf War veterans have segments homologous to chromosome 22Q11.2. Clin Diagn Lab Immunol 1999 ;6/3 :330-335. See also http://www.chronicillnet.org.
17) Löwer R et al. The viruses in all of us : characteristics and biological significance of human endogenous retrovirus sequences. Proc Natl Acad Sci USA 1996 ;93 :5177-5184.
18) Mullis K. Dancing naked in the Mind Field. Pantheon, 1998.
19) Gelderblom HR. HIV sequence data base : fine structure of HIV and SIV. http://hivweb.lanl.gov/HTML/reviews/Gelderblom.html.
20) Tahi D. Did Montagnier discover HIV ? « I repeat, we did not purify ! ». Continuum 1997 ;5 :30-34.
21) Dourmashkin RR et al. The presence of budding virus-like particles in human lymphoid cells used for HIV cultivation. VIIth International Conference on AIDS. Firenze 1992 :122.
22) Panem S. C type virus expression in the placenta. Curr Top Pathol 1979; 66: 175-189.
23) Shenton J. Positively False. I.B. Tauris & Co, publ., London, 1998.
24) Hodgkinson N. The Failure of Contemporary Science – How a Virus that Never Was Deceived the World. Fourth Estate Limited, publ., London 1996.
25) Russeil R. Enquête sur le Sida – Les Vérités Muselées, Editions Vivez Soleil, publ., Chêne-Bourg/Genève, 1996.
26) Johnson C. Whose antibodies are they anyway ? Continuum Sept/Oct. 1996.
27) Weiss R, and Wain-Hobson S. The Durban declaration. Nature 2000; 406 : 15-16.
28) Stewart GT et al. Not all accepted the Durban Declaration. Nature 2000; 407 : 286.
29) Duesberg P, Köhnlein C and Rasnick D. The chemical bases of the various AIDS epidemics : recreational drugs, anti-viral chemotherapy and malnutrition. J. Biosci June 2003, 28 #4, pp 383-412. See French translation in www. sidasante.com
30) Papadopulos-Eleopulos E. A brief history of retroviruses. Continuum 1997; 5 :25-29.
31) Lanka S. HIV, reality or artefact ? Continuum 1995; 3, #1, 4-9.
32) Rasnick D. The AIDS Blunder. Mail & Guardian, Johannesburg, S.A., January 24, 2001.
33) Duesberg P. Inventing the AIDS Virus. Regnery Publishing, Inc., Washington, D.C. 1996.

Etienne de HARVEN, MD
Formerly Member of the Sloan Kettering Institute, New York, NY,
Emerit. Prof. Pathology, Univ. of Toronto,
Member of President T. Mbeki AIDS Advisory Panel.

E-mail <pitou.deharven@wanadoo.fr>
Tel or Fax (33) (0)4 93 60 28 39


© Votre santé - Février 2004

http://votre-sante.net/publications/Isol_VIH.html
<logo>

Commenter cet article