Une taxe européenne sur emails et sms ?

Publié le par AlterMan

Déjà que l'état français récupère 54% de la richesse nationale.... Si en plus, il faut payer l'Europe, que va t il nous rester ?
A quand la taxe pour l'ONU, le FMI & co?
-----------

Dans le cadre de la réforme du financement de l’Union Européenne, les députés réfléchissent à de nouveaux modes de collecte. Parmi les hypothèses, celle d’Alain Lamassoure, qui propose de taxer très faiblement les emails et les textos envoyés par les citoyens européens.

Comment financer le budget de l’Union européenne ? Pour l’instant, le budget communautaire provient à la fois d’une partie des droits de douane perçus par les pays membres, mais surtout de la contribution de ces derniers, en fonction de leurs revenus nationaux.

D’interminables discussions ont conduit, en décembre dernier, les députés européens à adopter l’idée d’un changement du mode de financement de l’Union. Des propositions en ce sens seront formulées à partir de 2008 ou 2009. Et les députés planchent en ce moment sur des hypothèses.

Parmi celles-ci, la plus soutenue est celle d’un « impôt européen » ajouté aux taxes nationales payées par les citoyens des pays membres. Si cette idée remporte pour l’instant la majorité des suffrages des élus européens, elle risque de s’avérer impopulaire. C’est pourquoi d’autres propositions ont été formulées, par exemple une taxe sur les billets d’avion ou encore sur les hydrocarbures.

Mais une proposition plus originale s’est faite jour récemment. Elle émane du représentant français Alain Lamassoure, membre de l’UMP en France, et affilié au Pari Populaire Européen, majoritaire à Strasbourg. Il s’agirait de taxer les communications des européens. Plus précisément, leurs mails et leurs textos. Une idée a déjà été évoquée en Italie sous Berlusconi, sans qu’elle soit appliquée.

Un groupe de travail a été constitué pour plancher sur la question. Le principe serait d’adopter une taxe extrêmement faible, de l’ordre d’1,5 centime d’euros par texto et 0,00001 centime par email. « C’est extrêmement peu, mais étant donné les milliards d’échanges de ce type chaque jour, cela pourrait produire un revenu immense », explique Alain Lamassoure. « Les échanges entre les pays ont gonflé, donc tout le monde pourrait comprendre que l’argent nécessaire à financer l’Union européenne provienne des bénéfices engendrés par l’UE », poursuit le député pour qui cette idée simple et novatrice pourrait résoudre le problème du financement communautaire.

Dans le cadre de la réforme du financement de l’Union Européenne, les députés réfléchissent à de nouveaux modes de collecte. Parmi les hypothèses, celle d’Alain Lamassoure, qui propose de taxer très faiblement les emails et les textos envoyés par les citoyens européens.

Comment financer le budget de l’Union européenne ? Pour l’instant, le budget communautaire provient à la fois d’une partie des droits de douane perçus par les pays membres, mais surtout de la contribution de ces derniers, en fonction de leurs revenus nationaux.

D’interminables discussions ont conduit, en décembre dernier, les députés européens à adopter l’idée d’un changement du mode de financement de l’Union. Des propositions en ce sens seront formulées à partir de 2008 ou 2009. Et les députés planchent en ce moment sur des hypothèses.

Parmi celles-ci, la plus soutenue est celle d’un « impôt européen » ajouté aux taxes nationales payées par les citoyens des pays membres. Si cette idée remporte pour l’instant la majorité des suffrages des élus européens, elle risque de s’avérer impopulaire. C’est pourquoi d’autres propositions ont été formulées, par exemple une taxe sur les billets d’avion ou encore sur les hydrocarbures.

Mais une proposition plus originale s’est faite jour récemment. Elle émane du représentant français Alain Lamassoure, membre de l’UMP en France, et affilié au Pari Populaire Européen, majoritaire à Strasbourg. Il s’agirait de taxer les communications des européens. Plus précisément, leurs mails et leurs textos. Une idée a déjà été évoquée en Italie sous Berlusconi, sans qu’elle soit appliquée.

Un groupe de travail a été constitué pour plancher sur la question. Le principe serait d’adopter une taxe extrêmement faible, de l’ordre d’1,5 centime d’euros par texto et 0,00001 centime par email. « C’est extrêmement peu, mais étant donné les milliards d’échanges de ce type chaque jour, cela pourrait produire un revenu immense », explique Alain Lamassoure. « Les échanges entre les pays ont gonflé, donc tout le monde pourrait comprendre que l’argent nécessaire à financer l’Union européenne provienne des bénéfices engendrés par l’UE », poursuit le député pour qui cette idée simple et novatrice pourrait résoudre le problème du financement communautaire.

Dans le cadre de la réforme du financement de l’Union Européenne, les députés réfléchissent à de nouveaux modes de racket. Parmi les hypothèses, celle d’Alain Lamassoure, qui propose de taxer très faiblement les emails et les textos envoyés par les citoyens européens.

Comment financer le budget de l’Union européenne ? Pour l’instant, le budget communautaire provient à la fois d’une partie des droits de douane perçus par les pays membres, mais surtout de la contribution de ces derniers, en fonction de leurs revenus nationaux.

D’interminables discussions ont conduit, en décembre dernier, les députés européens à adopter l’idée d’un changement du mode de financement de l’Union. Des propositions en ce sens seront formulées à partir de 2008 ou 2009. Et les députés planchent en ce moment sur des hypothèses.

Parmi celles-ci, la plus soutenue est celle d’un « impôt européen » ajouté aux taxes nationales payées par les citoyens des pays membres. Si cette idée remporte pour l’instant la majorité des suffrages des élus européens, elle risque de s’avérer impopulaire. C’est pourquoi d’autres propositions ont été formulées, par exemple une taxe sur les billets d’avion ou encore sur les hydrocarbures.

Mais une proposition plus originale s’est faite jour récemment. Elle émane du représentant français Alain Lamassoure, membre de l’UMP en France, et affilié au Pari Populaire Européen, majoritaire à Strasbourg. Il s’agirait de taxer les communications des européens. Plus précisément, leurs mails et leurs textos. Une idée a déjà été évoquée en Italie sous Berlusconi, sans qu’elle soit appliquée.

Un groupe de travail a été constitué pour plancher sur la question. Le principe serait d’adopter une taxe extrêmement faible, de l’ordre d’1,5 centime d’euros par texto et 0,00001 centime par email. « C’est extrêmement peu, mais étant donné les milliards d’échanges de ce type chaque jour, cela pourrait produire un revenu immense », explique Alain Lamassoure. « Les échanges entre les pays ont gonflé, donc tout le monde pourrait comprendre que l’argent nécessaire à financer l’Union européenne provienne des bénéfices engendrés par l’UE », poursuit le député pour qui cette idée simple et novatrice pourrait résoudre le problème du financement communautaire.

--------------------
source : http://www.objetvolant.com/html/modules.php?name=Forums&file=viewtopic&t=6069#58506

Commenter cet article