Pierre Lagrange,sociologue

Publié le par AlterMan

tiré de http://www.jp-petit.com/science/gal_port/lagrange.htm
-------

8 avril 2006

 

Ne cherchez pas à penser par vous-même. Laissez d'autres s'en charger pour vous

 

Je connais Pierre Lagrange depuis 25 ans. Son discours de sociologue m'a toujours quelque peu déconcerté. Il y a une dizaine d'années il avait écrit dans Science et Vie " ce qui milite contre cette affaire de Roswell c'est son caractère incroyable".

Débunker assidû dans tout ce qui touche au dossier ovni et au paranormal, il a participé à une émission produite par la chaîne Arte, intitulée " le 11 septembre n'a pas eu lieu ", diffusée le 13 avril 2004. J'ai relevé dans celle-ci certaines de ses phrases qui sont des morceaux d'anthologie. Ici Lagrange commentant les propos de Thierry Meyssan lors du passage chez celui-ci dans l'émission d'Ardisson :

 

Pierre Lagrange face à Thierry Meyssan ( sur l'écran de télévision )

 

- Et là c'est très fort. En nous montrant ces photos il érige le téléspectateur en quelque sorte en expert. On voit ce quil voit et, ce faisant il renverse la réalité...On est dans des choses qui ne sont pas discutables , quelque part (...). Il va introduire un débat là où ne doit pas être (...).

Arte présente Lagrange comme suit :

- Pierre Lagrange s’intéresse à ceux qui croient aux soucoupes volantes. Entre leur rhétorique pseudo-scientifique et celle de Meyssan il a remarqué des similitudes.

On a ensuite une image de Lagrange en gros plan, qui nous déclare, en commentant les photos produites par Thierry Meyssan, auteur du célèbre ouvrage " le Pentagate " :

- C’est très fort parce que, justement, il prend les gens à témoin (…). Son discours, c’est constamment « regardez la photo ! Regardez les déclarations qui ont été faites, les incohérences et tout. Et là, on devient acteur (…). On est dans cette idée qui est liée à la vulgarisation scientifique selon laquelle la réalité est en accès direct et on a pas ce réflexe qui consiste à dire « Je ne vois pas quelque chose sur la photo. Mais cela correspond peut-être à un truc qui m’échappe complètement. Et, d’un coup, tout le monde se met à regarder ces petites choses en disant « mais oui, là il y a un problème. Il y a un truc qui cloche. Et Ce faisant Thierry Meyssan renverse complètement la réalité (…), comme une série de dominos.

 



E.T. , bien en vue dans l’appartement de Pierre Lagrange.


Relisez ces lignes. Si on suit bien le discours de Lagrange, la réalité doit être décryptée par des spécialistes en qui le grand public, le téléspectateur doit placer une confiance aveugle, sans chercher à ... penser par lui-même. Revoyez les photographies des pages précédentes. Il y a certainement « quelque chose qui vous a échappé ». En fait, tout est normal. Tout va pour le mieux dans le meilleur des onze septembre possibles. Mais il y a beaucoup plus choquant, un peu plus loin dans l’interview, quand Lagrange commente les images du passage de Meyssan chez quand celui-ci est l’invité de Thierry Ardisson :

Lagrange commentant, pour Arte, le passage de Thierry Meyssan chez Ardisson :

- Là, Meyssan n’est plus tout seul. Il y a une partie des gens qui sont avec lui, qui vont réfléchir (…), qui vont se sentir interpellés par son intervention et Thierry Ardisson, comme le public vont réagir de la même manière.

Lorsque Meyssan montre la couverture de son ouvrage « le Pentagate » sur laquelle se trouve reproduite une photographie Associated Press, Lagrange ajoute :

- Meyssan n’est pas quelqu’un qui vient vous faire un cours en disant « c’est moi l’expert. Vous, vous la fermez et vous écoutez » . On se retrouve justement dans cette situation d’expert potentiel et on voit ce qu’il voit (…). Et c’est ce qui est extrêmement fort. C’est que, lorsqu’il montre la photo on dit « Ben oui, il n’y a pas d’avion… ». On se retrouve dans un discours d’approche scientifique et on ne se rend pas compte qu’on a complètement dérapé et qu’on est en train de discuter de choses qui ne sont pas discutables (…). C’est ça le problème. Meyssan va introduire un débat là où il ne doit pas y en avoir (…).

Je pense que ces lignes se passent de commentaires. Je ne sais pas si un homme qui profère de telles phrases mérite le titre de sociologue. Cette phrase sont la transcription fidèle de l'émission d'Arte "Le 11 septembre n'a pas eu lieu".

 

A vous de juger.

Commenter cet article