Un nouveau modèle politique - Présentation et mode de proposition des loi

Publié le par logo

Bon rentrons dans le vif du sujet….

 

Ce que je vous propose, j’appellerai cela « l’hyper démocratie »…

 

En quoi cela consiste ?

 

C’est une démocratie participative référendaire pondérée basée sur les nouveaux systèmes d’informations.

En clair, tout à chacun pourra proposer ou voter une loi, mais chacun aura un poids différent, selon son expertise, sur chacun des votes…

 

Pour éclaircir encore un peu, ce que je propose, c’est de créer un réseau informatique interne au pays (style internet, mais plus sécurisé et pas connecté à ce dernier ) par lequel les citoyens pourront s’exprimer et voter.

 

En somme, dans un premier temps, chaque électeur aura accès à une sorte de forum où il pourra proposer une nouvelle loi ou discuter des existantes. Ce forum fera aussi office de pétitionneur/sondeur. CAD que si j’ai une idée de loi, je la posterai sur le forum dans la zone prévue pour. D’office, automatiquement, un sondage en ligne lui sera rattaché et si un nombre suffisant ( genre 10000 personnes par exemple, cela reste à déterminer) sont favorables ( favorables = ceux pour – ceux contre ) à cette loi, cette dernière sera proposée au niveau national. Pareil s’il s’agit d’une modification/ suppression de loi.

 

Et là nous rentrerons réellement dans le mode électif.( Jusque là nous étions dans le mode « proposition de loi » )

 

Dans ce dernier, la pondération prendra lieu…

 

Pondérer, c’est donner un poids différents à tel ou tel acteur du processus électoral. Cette pondération ne sera pas aléatoire, vous vous en doutez…

 

Je me rends compte qu’avant d’avancer sur ce sujet, il me faut introduire les différents acteurs du système…

 

Ce que je ferai dans le prochain article …

 

Je vous laisse déjà réfléchir à cela….

 

PS : n’oubliez pas que mon idée est un ensemble… En clair, je vais me la jouer ‘à la Attali’ en disant que les mesures que je proposerai sont dépendantes les unes des autres… En clair ne jettez pas tout avant d’avoir lu la suite…

Publié dans Vision alternative

Commenter cet article

daniela de Montmartre 11/11/2010 03:15



L'intelligence même de la confiscation du libre arbitre individuel au profit d'un quelconque pouvoir, fut-il religieux, démocratique, dictatorial ou autre devrait être à revoir.


Pourquoi devrait-on obligatoirement se plier à la décision du plus grand nombre, fut-il relatif ou absolu?


Pourquoi ne pourrait-on pas respecter la Liberté de chacun de faire se qui lui plait dans la mesure où ses actes n'empiétent en rien sur la Liberté d'autrui?


Pour ce qui me concerne, ma Liberté est bien trop précieuse pour que j'accepte de la cracher dans une urne, fût-elle numérique, avec pour conséquence de l'abandonner entre les mains d'un escrocs
patenté, confirmant par mon vote, ma complicité avec le véritable pouvoir en place (celui des maffias reines entre autres choses, du pétrole, de l'eau, du textile et de l'uranium) et
l'acceptation de la marionette qu'il aura choisi pour nous bien avant que ne commence le moindre suffrage.


La monopolisation du pouvoir est faite pour être combattue et ses représentants remis à leur place. Le pouvoir ne peut se justifier que par son partage équitable. Notre rôle sur Terre consiste à
faire en sorte qu'il se répende en chaque créature comme une mère à ses filles et non à l'abandonner entre les mains de "parfaits" irresponsables.



logo 14/11/2010 13:42



Le pire c'est que je suis entièrement d'accord avec vos propos.


Je suis né dans une famille avec une branche paternelle bien à droite et une branche maternelle bien à gauche. J'ai donc subit la double influence et m'en réjouis sincèrement. Au final, je me
situe plus dans une façon de penser anarcho-libertaire, reconnaissant la capacité de chacun de vivre comme il l'entend, à la condition qu'il n'empèche pas la liberté d'un autre 


Selon moi, un système se doit :


- d'être minimum : ( une constitution + quelques règles pour délimiter les libertés dans le cas d'empiètement )


- d'être multi niveaux : le citoyen représente le premier niveau et chaque niveau gère son ou ses domaines de compétence propre. Le premier niveau a le dessus sur les descendants


- d'être participatif : tout le monde est à même de proposer des règles, de les valider, de les supprimer. Chacun de ces actes devant être soumis à "sondage" préalable ( il faut savoir rassembler
)


- d'être méritocratique mais alternatif : en clair récompenser ceux qui développe la société et rendre le service attendu ( survie + plein d'autres choses ) à ceux qui suivent d'autres buts (
libre arbitre sur la façon de mener sa vie )


- d'être juste : rendre tout à la Terre et donner les mêmes règles à chacun. Attention, quand je dis même règles à chacun, je ne veux pas tomber dans un égalitarisme forcené, bien au contraire.
Par même règle j'entends que tout à chacun, selon ses compétences, saura que telles règles s'appliquent à lui. De plus, l'information se doit d'être la même pour tous.


 


Bref, je te dis ce qu'il me passe par la tête suite à la lecture de ton commentaire. D'autres articles viendront étayer mes propos.


 



daniela de Montmartre 11/11/2010 02:47



Dans la théorie, celle où nous vivrions dans un monde vertueux, respectueux de la paroles et des droits de chacun et surtout chacune, je ne pourrais qu'appuyer de toutes mon énergie cette idée
que nous avons en commun avec beaucoup d'informaticien(ne)s, de laisser aux outils les plus compétents, le soin de diriger nos destins.


Hélas, nous vivons dans une jungle où le vrai pouvoir se trouve dans la Corruption et l'exploitation de la crédulité, celles ci étant rendue facile à l'excés grâce à la sacralisation de la
Cupidité, celle ci étant élevé au rang de qualité majeure et indispensable.


Hors ce système est condamné à atteindre extrémement rapidement ses limites de par sa propre logique de fonctionnement. Ses incontrôlables excés signant son arrêt de mort et le notre, comme ils
le firent dans tout les pays qui connurent la terreur et les génocides mais à cette différence prêt, que désormais les armes utilisés seront bien plus destructrices.


Ce qui laisse présager, pour paraphraser une célébre réplique d'Einstein (Albert pas Frank), que si quelques'un(e)s d'entre nous devaient y survivre, le prochain conflit pourrait bien se regler à
coups de crocs ou de massus en os de tibia.


Aussi, au risque de paraître idéaliste, je ne vois pas trente six mille solutions pour permettre à l'humanité d'échapper au triste destin qu'elle c'est elle même forgé.


La seule issue qu'il lui reste consistant à boycotter définivement l'usage de toute forme de monnaie pour revenir à l'auto-suffisance alimentaire et au troc, rendus possibles grâce à l'explosion
des connaissances consécutive à la démocratisation d'internet et surtout de ses outils gratuits de partage, tels Wikipedia, Youtube, Myspace, Dailymotion, ect.


Quand chaque individu sera en mesure de cultiver lui même sa propre nouriture, tisser ses propres vêtements, recycler ses déchets et stocker la quantité d'eau qui lui est nécéssaire puis la
recycler, plus rien ni personne ne devrait avoir la spossibilité de spolier ses droits fondamentaux sans risquer de se faire rapidement évincer par la masse de ses semblables prêt à faire front
avec lui ou elle, révoltés par toute forme d'injustice et d'abus, sachant que le destin de tou(te)s se trouve en chacun(e), y compris et surtout en ses créatures les plus modestes.



logo 14/11/2010 13:15



L'autonomie ! Une quête moderne, la voie de sortie, une connaissance à récupérer...


Le pire étant que nous nous sommes rendus dépendants du piège !


Il n'y a qu'en s'en affranchissant, comme tu le dis si bien, que l'homme redeviendra Homme.


Mais la tâche est ardue pour un, imaginons pour une civilisation ! D'autant plus qu'il y a beaucoup de contre forces de nos jours... ( nous n'en sommes pas arrivés là par hasard... )


Néanmoins, plus les années défilent et plus je constate que l'éveil ( je ne parle pas d'Eveil non plus ) est en rapide augmentation autour de nous. ( tout comme il est en régression forte pour
d'autres ailleurs => notion d'équilibre ) Alors laissons nous espérer...


Par contre avant ou après la réduction des peuples ???


J'aimerais tant avant mais le timing risque d'être serré...



daniela de Montmartre 17/06/2009 08:35

Une chose est certaine, le système politique actuel ne correspond plus du tout à notre époque, occillant dangereusement entre la ploutocratie autocratique et la voyoucratie quand il ne cummule pas les deux.Mais de quoi avons nous le plus besoin?D'un gouvernement efficace et capable de prendre les décisions les plus justes pour l'ensemble de la nation, ou bien d'un nouvel arsenal de lois appliquables uniquement à la "populasse" et dont les plus hautes castes seront une fois de plus exemptées?L'outil informatique doit contribuer à la révolution, c'est une évidence.A l'heure où l'on ne confie plus une vie à un chirurgien, un aéronef à un pilote, un tanker à un capitaine, un gun à un troufion ou même un clebard à un mioche sans qu'ils aient d'abord fait leurs armes sur une simulation informatique, pourquoi donc continuer à confier les rênes et le destin de la nation, voire de la planête entière, générations futures y comprisent, entre les griffes de dangereux démagogues dont le seul talent est de savoir se faire manipuler par les intêréts des maffias et de manipuler la naïveté des cons... tribuables, pour se faire un maximum de blé en un minimum de temps?Ne pourrait-on pas se contenter d'appliquer les meilleurs idées et solutions testées elles aussi sur un modéle informatique aussi fidéle que possible à la réalité, sans se soucier de la couleur politique ou des réseaux de son ou ses propriétaires, à la manière d'un tournois d'échec ou de jeux de Stratégie en Temps Réel, l'enjeux n'étant pas l'accés au "pouvoir suprême", mais simplement la survie de la planête?

logo 10/11/2010 13:37



Je vous rejoins et préciserai que c'est pour cela que mon modèle est basé sur les nouvelles technologies dans un soucis de justice ( arbitrage indépendant de l'affect ) et a pour but de permettre
à chacun de participer à la vie politique tout en ayant l'information la plus précise possible sur les raisons qui entrainent une nécessité de changement.


J'y reviendrai