Les trois villes des États-Unis les plus susceptibles d'être la cible d'attaque sous fausse bannière en 2008

Publié le par logo


Par le capitaine Eric H. May, American Patriot Freinds Network, le 23 février 2008

La façon la plus simple d'accomplir une attaque sous fausse bannière est de réaliser des exercices militaires qui simulent la même attaque que vous voulez effectuer. Tel que je le détaille ci-dessous, c'est exactement la manière dont le auteurs du gouvernement aux États-Unis et au Royaume-Uni s'y sont pris dans les attaques « terroristes » du 11/9 et du 7/7, qui étaient en réalité des attaques réalisées par le gouvernement et imputées à des «terroristes».


 
Les trois villes des États-Unis les plus susceptibles d'être la cible d'attaque sous fausse bannière en 2008
 
Bien que la maladie m'empêche de travailler dans le domaine de l'analyse [d'attentats] sous fausse bannière de manière aussi acharnée que je le faisais auparavant, l'insistance d'éditeurs indépendants et de mes confrères agents du renseignement, m'a incité à écrire cet essai. Je vais être bref pour les lecteurs qui ont peu de temps, mais je vais inclure des hyperliens précieux pour ceux qui veulent approfondir et mieux comprendre.

À titre d'ancien officier du renseignement militaire, qui a passé cinq ans dans la 75e Division de l'US Army qui dirige les exercices militaires, mon but est de convaincre le peuple étasunien que le « prochain 11/9, » qui est constamment promis par les officiels et les médias, est susceptible d'être réalisé sous le couvert de futurs exercices militaires. Si le peuple étasunien est informé des exercices imminents et du danger qu'ils représentent, alors les exercices ne pourront pas « se produire pour vrai » et avoir l'effet d'événements de grande terreur alors qu'ils sont en fait censés être réalisés pour s'y prémunir.

Les exercices militaires

Les attaques du 11/9/2001 aux États-Unis et celles du 7/7/2005 au Royaume-Uni présentent dans les deux cas des preuves indéniables que les assassins ne sont pas des terroristes étrangers, mais des tyrans domestiques. Chacun des gouvernements de ces deux pays étaient à réaliser des exercices militaires simulant exactement les événements qui s'y sont produit.

Le Commission d'enquête US sur le 11/9 découvrit des preuves solides de trahison par Dick Cheney lorsqu'elle a interrogé le Secrétaire des Transports Norman Mineta, qui était présent dans le fameux bunker de commandement de Cheney alors que le Vol 77 se précipitait vers Washington. Cheney était au centre des exercices militaires nationaux simulant des détournements d'avions US par des terroristes, au moment même où des détournements se sont produit en temps réelle. Le 23 mai 2003, le secrétaire Mineta a témoigné:

« Alors que l'avion était en train d'arriver sur le Pentagone, il y a un jeune homme qui est entré et qui a dit au vice-président, « L'avion est à 50 miles d'ici. » « L'avion est à 30 miles d'ici. » Et quand l'avion est arrivé au point critique de « l'avion est à 10 miles,» le jeune homme a alors dit au vice-président, est-ce que les ordres sont encore maintenus? » Et le vice-président s'est retourné et il à rapidement jeté un coup d'oeil autour et lui et il a dit: « Bien sûr, les ordres demeurent maintenus. Avez-vous entendu quelque chose de contraire? »

Le co-président de la Commission sur le 11/9, Lee Hamilton, a omis de donner suite à cette révélation explosive et il a rapidement changé de sujet. Grâce à YouTube, la stupéfiante révélation de Mineta et la réaction étonnante d'Hamilton sont toutes deux conservées sur ce clip de trois minutes:
http://www.youtube.com/watch?v=bDfdOwt2v3Y

Dans le cas des attentats à la bombe dans le métro de Londres le 7/7, il y eu des preuves le jour même dans une interview à la BBC d'un ancien agent anti-terroriste de Scotland Yard, Peter Power, qui était un employé à contrat travaillant dans les exercices du gouvernement:

Peter Power: « A neuf heures et demie ce matin nous étions en fait à diriger un exercice pour une entreprise de plus de mille personnes à Londres, basés sur des bombes explosant de façon simultanée précisément à la station de métro où ça s'est produit ce matin, alors pour l'instant, j'en ai encore les poils dressés derrière le cou. »

Le présentateur de la BBC: « Pour résumer en quelques mots, vous exécutiez un exercice pour voir comment vous pourriez faire face à cela et c'est arrivé pendant que vous exécutiez l'exercice? »

Peter Power: « Précisément. »

Pour une minute d'extraits contenant les déclarations ci-dessus, voyez :
http://www.youtube.com/watch?v=JKvkhe3rqtc

Les Mainstream Media (La presse marchande)

Il va sans dire que des enquêtes par des médias sérieux permettraient de dénicher rapidement les faits démontrant la haute trahison dans le cas du 11/9 et du 7/7. Il va également sans dire, malheureusement, que les traîtres derrière les deux attaques sous fausse bannière ont très bien compris cela, et ils n'auraient pas fait ce qu'ils ont fait sans obtenir le feu vert des médias collaborateurs.

Trois buildings du World Trade Center se sont effondrés dans la ville de New York le 11 septembre 2001: Le WTC 1 et le WTC 2 (les tours jumelles), dans la matinée, et le WTC 7 (le building Salomon) à 17h20 HNE. Étant donné que l'effondrement des trois buildings a été qualifié d'inattendu par toutes les sources officielles, il n'existe aucune raison valable, à l'exception de la complicité, pour expliquer comment il se fait que la BBC a signalé l'effondrement du WTC 7 vingt minutes avant qu'il ne survienne:
http://www.youtube.com/watch?v=C7SwOT29gbc&feature=related

Le canal Fox News se condamne lui-même en annonçant que le WTC 7 s'est effondré, même s'il diffusait des images en direct du centre-ville de New York avec le WTC 7 toujours debout. Quelques secondes plus tard, le building s'est effondré, la confusion des lecteurs de nouvelles est compréhensible:
http://www.youtube.com/watch?v=GwUJ9MhzgKI

Le propriétaire de l'ensemble des trois buildings était Larry Silverstein, qui avait auparavant doublé la valeur des assurances des tours jumelles. Étonnamment, « le chanceux Larry » a déclaré par la suite dans une interview sur PBS que lui et les services d'incendie de New York ont accepté la démolition contrôlée du WTC 7. Puisque les gratte-ciel ne sont pas câblés pour la démolition, à moins que quelqu'un ait l'intention de les démolir, la déclaration de Silverstein est un aveu que le 11/9 était un travail d'initiés:
http://www.youtube.com/watch?v=7WYdAJQV100

« Le Mensonge Noble »

Je crois que sur la base de la solidité des cinq hyperliens ci-dessus sur YouTube, qu'une enquête objective aurait pu répertorier des preuves plus que suffisantes pour justifier la destitution de Bush et de Cheney par une accusation de haute trahison, et de convoquer un grand jury qui aurait pu en inculper plusieurs autres sur des accusations de haute trahison tels que Larry Silverstein et autres apparents collaborateurs du 11/9. Je crois que le peuple étasunien, s'il lui était présenté sous un seul reportage contenant les cinq liens vers YouTube ci-dessus, demanderait que le poursuite judiciaire pour haute trahison soit poussée jusqu'à sa conclusion logique.

Toutefois, le Congrès ne destituera pas le président. La presse marchande, pour qui j'ai déjà écrit, n'enquêtera pas et ne rapportera pas l'histoire. Le militaire qui a été utilisé comme outil pour commettre le meurtre de masse de citoyens étasuniens ne prendra pas de mesures contre les traîtres en uniforme qui savaient exactement ce qu'ils faisaient le 11/9, ni même le plus grand nombre de personnes dupées en uniforme qui pensaient qu'ils effectuaient des exercices militaires jusqu'à ce que les événements de 11/9 se produisent. À ce jour, il n'y a pas eu de mesures défavorables, qui nécessiterait une enquête et une évaluation, contre toute personne des milieux militaires qui était impliquée dans ce que les apologistes officiels appellent le plus grand échec dans la défense de l'histoire des États-Unis. Tout cela démontre que nous sommes dans le pétrin.

Les hauts officiels, les dirigeants des médias et les officiers militaires qui sont liés par la loi et par l'éthique de servir le peuple étasunien, sont devenus un exemple classique d'un grand complot. Si l'on considère les choses à partir de leur point de vue, ils sont les acteurs historiques qui sont au-dessus du bien et du mal, qui doivent pousser le peuple étasunien à une aventure géostratégique nécessaire par tous les moyens nécessaires. Pour eux, le compte rendu officiel des attaques « terroristes » du 11/9 est ce que Platon décrivait comme le « mensonge noble, » un mensonge nécessaire à un public enfantin afin de le diriger avec maturité. En réalité, le fait est que le 11/9 a servi à justifier une tentative de s'emparer et de contrôler l'ultime ressource géostratégique: le pétrole. Celui qui contrôle le pétrole du Moyen-Orient contrôle le monde.

Les trois principales villes étasuniennes ciblées

Les trois villes des États-Unis les plus susceptibles d'être la cible d'attaque sous fausse bannière en 2008
 
L'an dernier, j'ai publié l'article intitulé « Le prochain 11 septembre aura-t-il lieu à l'été 2007? » en réponse au même genre de requêtes qui m'ont conduit à publier le présent texte comme une mise à jour pour 2008. En 2007, je prévoyais que les trois villes les plus susceptibles d'être retenues pour un prochain 11/9 étaient Houston, Chicago et Portland. Cette année, les trois mêmes villes sont encore plus en danger, à la lumière du fait que les militaires US ont désigné le Texas, l'Indiana et de l'Oregon parmi trois des quatre États qu'ils ont ciblé pour la version 2008 des exercices militaires portant le nom de « Noble Resolve. » Je vous l'accorde, Chicago est dans l'Illinois, pas dans l'Indiana, mais l'Indiana est assez proche et il a été utilisé pour mettre en scène des forces lors d'exercices terroristes réalisés à Chicago au cours des dernières années.

Il peut surprendre les gens qui ne sont pas familiers avec les préparatifs militaires que les mêmes villes demeurent sur la liste, même si des analystes comme moi les ont largement publicisées. Il y a des difficultés considérables à mettre en place les joueurs politiques, policiers, militaires et les médias nécessaires à l'appui d'une attaque sous fausse bannière. Alors que plusieurs dans le mouvement pour la vérité sur le 11/9 croient que les forces militaires nationales peuvent frapper tout bonnement n'importe quelle ville à n'importe quel moment, ce n'est pourtant pas si facile, Dieu merci. Heureusement, cela veut dire que ceux d'entre nous qui étudient les perspectives d'attaques sous fausse bannière peuvent se concentrer sur les cibles les plus probables; malheureusement, cela signifie que les villes ciblées ne peuvent pas respirer librement simplement parce qu'elles ont été détectées, exposées et pressenties pour une singulière tentative [d'attaque] sous fausse bannière.

Voici une brève analyse des cibles pour ces trois principales villes:

La première cible: Houston. Au cours des quatre dernières années, les militaires et la police des vétérans telle que moi, avons sensibilisé le public aux exercices du gouvernement visant la destruction nucléaire de la banlieue pétrolière de Houston. Cinq fois au cours de ces quatre années nous avons été capables de prédire en moins d'une journée des explosions pétrochimiques majeures dans l'une de ces banlieues pétrolières. Les chances contre ce genre de précision sont astronomiques. Étant le centre des « Big Oil – les grandes sociétés pétrolières US» et de la famille Bush, Houston demeure la ville la plus menacée des États-Unis. Tout groupe patriotique, comme le mien, qui tente d'alerter les villes de sa patrie sur les dangers d'une attaque sous fausse bannière doit lire mon récent article « The 1/31 Nuke : Proof for Run Paul » concernant l'interdiction réussie de s'en prendre à Texas City en 2006 :
http://www.thepriceofliberty.org/08/01/28/may.htm

La deuxième cible: Chicago. Alors que Houston est la ville la plus menacée, le building le plus menacé c'est-à-dire le meilleur candidat pour être le prochain World Trade Center, est la Sears Tower. Les sources officielles l'ont répété depuis les attaques du 11/9, lorsqu'elles ont dit qu'elle était sur la liste noire d'Al-Qaida. Larry Silverstein, qui a acheté les Twin Towers (les tours jumelles), deux mois avant le 11/9, a dirigé un groupe qui a acheté la Sears Tower le 11 mars 2004, le jour des attentats de Madrid. Les officiels fédéraux ont toujours désigné Chicago et sa Sears Tower comme cibles d'Al-Qaida depuis les attentats du 11/9 et ils ont réitéré la menace depuis. En mai 2006, le gouvernement avait prévu un exercice secret du type 11/9 à Chicago, alors que le maire Daley de Chicago était commodément amarré loin en Israël pour sa première visite dans ce pays. J'ai envoyé un communiqué largement diffusé au gouverneur Blagojevich de l'Illinois, dans le cadre d'une tentative Internet réussie pour empêcher une tentative d'attaque sous fausse bannière:
http://tekgnosis.typepad.com/tekgnosis/2006/05/ghost_troop_com.html

La troisième cible: Portland. La ville de Portland, appelé la « Petite Beyrouth » par les copains de Bush en raison de son hostilité envers Bush 41 et Bush 43 [NDT : Bush père fut le 41e président des USA et son fils le 43e], est passée dans ma liste des trois premières ville l'été dernier, lorsqu'elle a été désignée comme cible d'une attaque nucléaire dans le cadre des exercices successifs « Noble Resolve » et « TOPOFF. » Les termes utilisés dans un communiqué de presse officiel a indiqué assez clairement le cas: « Noble Resolve coordonnera avec les responsables de l'Oregon l'exemple d'une attaque nucléaire sur Portland. » Au cours de recherches sur Portland pour une série d'articles que j'ai écrite sur la ville et ses exercices, j'ai découvert que les universités Stanford et Harvard avaient préparé un plan détaillé des retombées nucléaires pour cela, que les commandants militaires et les commandants de la Garde Nationale de l'État racontaient différentes histoires au sujet de ce que ces exercices étaient censés accomplir et que le journal de Portland, « The Oregonian, » faisait tout ce qu'il pouvait pour empêcher tout enquête sur les anomalies terrifiantes. Je n'étais pas du tout surpris de retrouver le dernier jour des exercices le directeur de la Sécurité intérieure [Homeland Security], Michael Chertoff, au centre-ville de Portland, qui a alors été fermé sur une vaste étendue suite à une alerte à la bombe « imprévue. » Pour une autre perspective professionnelle visant à savoir combien le danger était grand, et peut-être encore, je renvoie le lecteur à l'analyse de mon collègue, le major William B. Fox (USMC):
http://www.lonestaricon.com/absolutenm/anmviewer.asp?a=2006&z=186

Post-scriptum

« Bonjour. En ce moment, quelque part dans le monde, les terroristes planifient de nouvelles attaques contre notre pays. Leur but est d'apporter la destruction sur nos côtes qui rendra le 11 septembre bien pâle en comparaison. » - George W. Bush, le 13 février 2008

Je ne peux penser à une question plus importante qu'à celle de l'endroit où aura lieu la prochaine attaque du type 11/9. Le bon sens nous dicte à ceux d'entre nous qui comprenons la vérité sur le 11/9 que ses auteurs devront frapper à nouveau. En effet, toutes les directives, les lois et les décisions de notre Exécutif Unitaire post-11/9, le lâche Congrès et la magistrature à sa solde a augmenté le pouvoir du gouvernement fédéral pour faire la guerre mondiale et pour imposer un État totalitaire.

Pourquoi diable ceux qui se sont déjà rendus coupables de haute trahison, de meurtre de masse et de crimes de guerre ne parviendraient-ils pas à réaliser la suite de leurs précédents efforts? Ils comprennent très bien que la Guerre Mondiale va mal et que le l'État totalitaire est en train de devenir onéreux, et que seule une nouvelle attaque terroriste sous fausse bannière va obliger le peuple étasunien à poursuivre notre folie nationale post-9/11.

Cependant, pour chacune des personnes qui republie ou qui commente de manière constructive cet essai, il y en aura une autre qui emploiera la division, les insultes et l'humiliation contre moi, ou contre toute autre personne qui affirme le gros bon sens voulant que ceux qui commettent des opérations sous fausse bannière continueront à le faire, au même titre que les assassins continueront à assassiner et que les voleurs continueront à voler. C'est d'une simplicité newtonienne: les choses continuent à aller à la dérive de la façon dont elles sont menées à la dérive jusqu'à ce qu'elles soient stoppées.

Nous pouvons mettre fin à la dérive meurtrière des États-Unis seulement en comprenant le 11/9 et en anticipant le prochain 11/9. Beaucoup de voix bruyantes qui entravent notre compréhension et notre anticipation rendent un service vital à la trahison. Le gouvernement fédéral a une fois utilisé des programmes de contre-espionnage (COINTELPRO) contre les mouvements anti-guerre et des droits civiques à l'ère de la guerre du Vietnam, et le bon sens laisse penser qu'ils les utilisent à nouveau dans l'ère post-9/11, cette fois à l'encontre du mouvement anti-guerre et du mouvement pour la vérité sur le 11/9. Les voix les plus dangereuses d'entre toutes sont celles de nos faux amis qui nous ont infiltré jusqu'à nous confondre afin que les traîtres qui ont réalisé le 11/9 puissent répéter leur performance.

Le Capitaine May, est un ancien officier militaire du renseignement et des affaires publiques militaire de l'US Army, de même qu'un ancien éditorialiste de NBC. Ses analyses politiques et militaires ont été publiées dans The Wall Street Journal, le Houston Chronicle et le Military Intelligence Magazine.

Pour plus d'information, voyez son site Internet: http://www.spiritone.com/~pazuu/pow-mia/Ghost_Troop_Captain_Eric_H_May


Sources : http://disc.yourwebapps.com/discussion.cgi?disc=149495;article=117419;title=APFN
et
http://www.globalresearch.ca/index.php?context=va&aid=8165

Traduction de Dany Quirion pour Alter Info


Lundi 25 Février 2008
danyquirion@videotron.ca

Publié dans Conspiration

Commenter cet article