«Tuez moi plutôt sur place»

Publié le par logo

 

Propos recueillis par Aziz Zemouri
18/02/2008 | Mise à jour : 18:54 |
Commentaires 49
.

INTERVIEW - Kinda Samoura, le père de l'un des deux adolescents tués à Villiers-le-Bel en novembre, a tenté de s'opposer à l'interpellation de son autre fils ce lundi. Il raconte.

Trois mois après la mort de Lakamy Samoura, 16 ans, sur une mini-moto, son frère de 22 ans, Mamadou, a été interpellé lundi matin au domicile familial de Villiers-le-Bel. Il serait soupçonné d'avoir participé aux échauffourées qui avaient suivi le drame. Son père, Kinda Samoura, a tenté de s'opposer à cette arrestation, dont il dénonce la violence. Il songe à porter plainte pour «violation de domicile et violence volontaire». Son récit :

Comment s'est déroulée l'interpellation de votre fils ?

Les policiers sont entrés dans notre appartement armés de fusils d'assaut et de boucliers. Ils m'ont dit qu'ils venaient chercher mon fils Mamadou. Pour moi, il n'en était pas question. Je leur ai dit : «Vous avez déjà tué un de mes enfants, je n'ai pas confiance, tuez moi plutôt sur place!» D'autant que mon fils est innocent, il n'a rien fait!

Selon le procureur, la police vous accuserait d'avoir attrapé une machette durant l'opération ?

Je démens catégoriquement. J'ai été maintenu violemment sur le canapé. Si j'avais eu une machette, la police me l'aurait confisquée et m'aurait interpelé. De toute façon, compte tenu de leur armement, cela aurait été évidemment très dangereux pour moi.

Où en est l'enquête à propos de votre fils ?

Aucune nouvelle. Même si notre avocat nous tient au courant tant qu'il peut, il n'a pas beaucoup d'informations. Il a pourtant demandé aux enquêteurs d'effectuer des actes de procédure, comme l'audition des bandes de communication entre les policiers à l'heure de l'accident ou l'organisation d'une reconstitution. Mais personne n'a jamais été confronté aux policiers.

Commenter cet article