Exxon Mobil contre Petróleos de Venezuela

Publié le par logo





(Agence cubaine d’information. ACN) - Le ministre vénézuélien de l’Énergie et du Pétrole, Rafael Ramirez, a dénoncé les démarches qu’Exxon Mobil, une des plus grandes compagnies pétrolières des États-Unis, a engagées auprès des tribunaux de trois pays comme « une action de guerre économique » contre le Venezuela.

Rafael Ramirez, également président de Petróleos de Venezuela S.A. (PDVSA), l’entreprise publique qui assure l’exploitation et la commercialisation du pétrole vénézuélien, a commenté pour la chaîne latino-américaine TeleSUR les déclarations du Département d’’État des États-Unis, qui tente de présenter les actions de la transnationale états-unienne contre PDVSA comme « une dispute commerciale en cours entre Exxon Mobil et le Venezuela ».

Le porte-parole du Département d’’État, Sean McCormack, avait déclaré ce mercredi que le gouvernement des États-Unis soutient pleinement « les efforts d’Exxon Mobil pour obtenir une compensation juste ».

« Il ne faut pas se leurrer, ce n’est ni une dispute commerciale ni un désaccord sur des thèmes économiques » a répondu le ministre vénézuélien dans des déclarations exclusives à TeleSUR. Il a souligné ensuite qu’il s’agit en fait d’une « guerre économique contre le Venezuela ».

« Il est important que les peuples du Sud sachent qu’il s’agit d’une question de souveraineté », a relevé le ministre vénézuélien avant de rappeler que c’est précisément dans le cadre d’’une décision souveraine que le gouvernement du Venezuela a nationalisé les réserves pétrolières de la Frange de l’Orénoque, action invoquée par Exxon Mobil pour justifier ses actions contre PDVSA.

Le ministre Rafael Ramirez a ensuite fait remarquer que, sur les 10 sociétés étrangères concernées par cette décision, seules les compagnies états-uniennes Conoco-Phillips et Exxon Mobil ont eu recours à l’arbitrage du Centre international pour le règlement des différends relatifs aux investissements (CIRDI).

Le ministre vénézuélien et président de PDVSA a confirmé que, comme le président de Conoco-Phillips l’avait fait savoir publiquement mardi dernier, des négociations « qui vont nous conduire à un accord » sont en cours entre cette société et l’entreprise publique vénézuélienne.

Par contre, Exxon Mobil a engagé contre le Venezuela « une action hostile que va au-delà de l’’arbitrage » et qui vise à faire croire que PDVSA « n’’a pas les moyens de répondre à leur réclamation », a déclaré le ministre vénézuélien.

Un tribunal fédéral de New York a confirmé mercredi le gel de 300 millions de dollars appartenant à PDVSA, mesure réclamée par Exxon Mobil qui a fait bloquer aussi plus de 12 milliards de dollars de l’entreprise publique vénézuélienne au Royaume Uni, aux Pays-Bas et aux Antilles néerlandaises.

« Il y a une intention politique évidente de la part d’Exxon Mobil qui cherche à harceler notre pays par ce genre de mesure », a souligné le ministre vénézuélien de l’Énergie et du Pétrole.


11 février 2008
Robert Gates assure que des attentats dévasteront l'Europe si elle ne soutient pas l'OTAN
Robert Gates assure que des attentats dévasteront l’Europe si elle ne soutient pas l’OTAN
 
  10 février 2008
Comment lire le budget de la Défense des États-Unis ?
Comment lire le budget de la Défense des États-Unis ?
 
  9 février 2008
 Hugo Chavez dénonce les préparatifs d'une invasion militaire par la Colombie
Hugo Chavez dénonce les préparatifs d’une invasion militaire par la Colombie
 

Publié dans Sciences de l'Energie

Commenter cet article