A propos des semences 'libres'

Publié le par logo

Communiqué de septembre 2004

Les Semences sont notre héritage, elles sont la voix de nos ancêtres,
elles sont un bien inaliénable que nous devons transmettre,
à notre tour, à nos enfants.





Perte de la biodiversité, confiscation du vivant, privatisation de l'héritage de l'humanité...
disent certains !




Depuis le début de l’année 2004, les visites des agents de la Répression des Fraudes s’intensifient et la pression augmente parce qu'une grande partie des semences de plantes potagères que nous distribuons sont des semences de variétés anciennes non inscrites dans le catalogue officiel. L’Association Kokopelli n’est pas le seul semencier harcelé : l’offensive est généralisée contre les semences libres.

Le catalogue officiel aurait-il été érigé non point pour la protection des jardiniers mais pour la protection des intérêts financiers des grands groupes et multinationales qui ont racheté la quasi-totalité du secteur semencier depuis 40 années. Ces mêmes groupes ont systématiquement remplacé les anciennes variétés par des hybrides F1 stériles ou dégénérescents. D’ailleurs la Répression des Fraudes nous interpelle suite à une plainte déposée par une certaine fédération de semenciers.

Que pouvons nous faire? Nous lamenter ou...
- dénoncer l’hypocrisie du système qui harcèle les petits semenciers bios alors que les saigneurs et pollueurs en tout genre détruisent inexorablement la planète et produisent des aliments-poisons en toute impunité et avec moult subventions;
- remercier les dizaines de milliers de jardiniers qui nous soutiennent ainsi que les très nombreuses mairies (Mairies de Paris, Mairie de Poitiers, Mairie de Tours, etc), les conseils généraux, les parc nationaux, les conservatoires, qui sont nos partenaires privilégiés dans notre oeuvre de protection et de remise en valeur de la biodiversité alimentaire;
- dénoncer l’hypocrisie d’un système qui se gargarise de grands concepts humanitaires, protection de la biodiversité, sécurité alimentaire, éradication de la faim dans le monde et qui, par ailleurs, réprime ceux là même qui cherchent à protéger la diversité alimentaire;
- remercier le Conseil Général du Gard et le Conseil Régional du Languedoc-Roussillon pour leur soutien financier à l'impression de nos brochures.



Sauvegarde de la biodiversité, libération du vivant, conservation de notre héritage... dit Kokopelli !


Nous convions tous les jardiniers à semer encore plus de semences interdites, à les donner, à les échanger. Nous les convions à produire de jeunes plants de variétés interdites afin de les distribuer dans leur entourage. Nous les convions à produire de la semence non certifiée pour le don aux pays les plus pauvres.
Nous convions les jardiniers les plus audacieux à disséminer des semences de tomates, de courges, de laitues interdites dans les terrains vagues, le long des voies de chemin de fer, le long des talus, dans les friches...

Résistons fertilement sinon, dans quelques années, il n’y aura plus de semences libres mais seulement des organismes génétiquement modifiés et des hybrides F1. Résistons fertilement sinon, dans une dizaine d’années, le jardinage familial sera interdit pour cause d’homogénéisation: il sera devenu une activité à haut risque bactérien et sociologique.



Une mission d'avenir... disent des Institutions internationales.


L'Association Kokopelli oeuvre dans le sens du Traité sur la biodiversité et la sécurité alimentaire co-signé par 48 pays au printemps 2004 sous l'égide de l'Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture. “Le Traité garantira que les ressources génétiques des plantes pour l'alimentation et l'agriculture, qui sont vitales pour la survie de l'humanité, seront conservées et utilisées de manière durable et que les avantages qui en découlent seront répartis de manière juste et équitable.” ... “L'accès à une large variété de ressources génétiques rendra possible le développement d'une plus grande variété de produits alimentaires, qui amélioreront la vie et le régime alimentaire des consommateurs aussi bien en milieu rural qu'urbain.” M. Jacques Diouf, Directeur général.
L'Association Kokopelli oeuvre dans le sens de la directive de la Communauté Européenne (98/95/CE, considérant 17) portant sur la conservation de la biodiversité in situ.

Simple lecteur, sympathisant, ou mieux, adhérant de l'association Kokopelli, reproduisez et diffusez largement cette brochure, ensemble nous serons plus forts et plus fertiles. Si vous souhaitez adhérer, au delà de l'adhésion à 20 euros, nous proposons, pour les jardiniers aux petits moyens financiers, une adhésion symbolique et socialement innovatrice à 1 euro minimum (en timbres-poste).

A l'opposé du modèle stéréotypé et stérile que l'on entend nous imposer, nous pouvons et devons oser Rêver d’une planète avec des semences libres cultivées dans le respect de l'environnement, avec des enfants qui ne meurent plus de faim, avec des jardins et des champs source de vie et de diversité.

Commenter cet article