Remote viewing, CIA et parapsychologie

Publié le par logo

ceci est le 2ème article que je tire de ce newsgroup : http://groups.google.fr/group/renseignement?start=0 , ce dernier se définissant tel quel :

" Description : Ce groupe est consacré à l'actualité du renseignement, du contre-espionnage et du contre-terrorisme. Il est à noter que ce groupe est le seul groupe usenet francophone consacré à ces sujets. "

... et franchement, ce newsgroup semble prometteur.

--------

Remote viewing, CIA et parapsychologie

Seulement 1 message dans le sujet - afficher l'arborescence
Nans DESMICHELS
19 déc 12:30   afficher les options
De : "Nans DESMICHELS" <n...@swissinfo.org> - Rechercher les messages de cet auteur
Date : Mon, 19 Dec 2005 03:30:31 -0800
Local : Lun 19 déc 2005 12:30
Objet : Remote viewing, CIA et parapsychologie
Répondre | Répondre à l'auteur | Transférer | Imprimer | Message individuel | Afficher l'original | Signaler un cas d'utilisation abusive

{Note de l'auteur : Je sais que c'est un sujet controversé, et que
beaucoup de gens sont sceptiques concernant l'utilisation des
technologies psi dans le domaine du renseignement. Pour ma part, je
connais par expérience ce qu'on peut faire avec ce type de
technologies.}

Vous trouverez plus d'informations concernant les recherches en
remote-viewing du DoD sur le site de la FAS :
http://www.fas.org/irp/program/collect/stargate.htm

Source de l'article ci dessous :
http://www.paranormal-info.com/Remote-viewing-CIA-et.html

Le Remote Viewing (vision à distance en français) a été développé
au cours des années 1970 par Russell Targ et Hal Puthoff. Cette
technique permettrait de déterminer à l'aide de perceptions extra
sensorielles, des cibles situées à distance.

Harold Puthoff, un physicien travaillant au Stanford Research Institute
(SRI), décida d'envoyer à plusieurs agences gouvernementales des
compte-rendus d'expériences de remote viewing réalisées avec un
sujet du nom d'Ingo Swann. Des agents de la CIA rencontrèrent alors
Puthoff et lui firent part de l'intérêt grandissant des agences de
renseignements pour la parapsychologie. Ils lui proposèrent quelques
expériences dont les résultats furent très encourageants. Pat Price,
l'un des sujets les plus doués, avait décrit précisément, par
exemple, l'une des bases de la NSA, en allant jusqu'à donner des
noms de dossiers.

A l'issue de ces premières expériences, et étant donné le
contexte de guerre froide, la CIA accepta de financer des programmes de
recherche sur le remote viewing ayant à la fois un versant militaire
(à Fort Mead) et un versant civile (au SRI).

Le programme civil avait pour ambition de faire la preuve scientifique
des perceptions extra sensorielles. Les chercheurs utilisaient
notamment le protocole suivant :

Un premier expérimentateur tirait aléatoirement une destination
située dans un certain périmètre autour du laboratoire. Il avait une
photo ainsi qu'une carte pour se rendre en voiture à l'emplacement
indiqué par le tirage au sort. Pendant ce temps, un autre
expérimentateur restait avec un sujet psi. Ce dernier devait décrire
le lieu où se situait le premier expérimentateur à l'heure où il
rejoignait sa destination.

Une analyse statistique était ensuite réalisée à partir des
classements effectués par des juges indépendants : ces derniers
devaient relier les différentes cibles potentielles et les
descriptions obtenus lors de sessions avec un sujet.

Lors du dernier programme officiel dans les années 1990, appelé
Stargate et se déroulant au Science Applications International
Corporation (SAIC), les résultats obtenus par les chercheurs furent
très significatifs. Deux rapports ont été effectués concernant les
résultats de ces expériences afin de déterminer l'utilité pour la
CIA de ces recherches. Vous pourrez retrouver ces rapports à la fin de
cet article. Ils sont assez techniques mais leurs deux auteurs, Hyman
et Utts, sont d'accord pour dire qu'il existe un effet bien
qu'ils soient en désaccord concernant son explication.

Le programme militaire, quant à lui, n'avait pas pour but la preuve
scientifique de la réalité des phénomènes paranormaux mais plutôt
l'acquisition de données exploitables par les renseignements
généraux. Ce n'est qu'en 1995, date à laquelle les recherches
furent officiellement arrêtées, pour des raisons qui seraient trop
longues à détailler ici, que certains des documents ayant trait au
versant militaire furent déclassifiés. Bien que 95% de ces documents
soient encore tenus secrets, nous connaissons déjà à l'heure
actuelle certaines réussites de ceux qui furent qualifiés d'
"espions médiums" : description de la base soviétique de Sempalatinsk
dans l'Oural, localisation d'un bombardier américain en Afrique et
de missiles SCUD irakiens, etc.

Publié dans Capacités humaines

Commenter cet article