Un journaliste suisse agressé en banlieue

Publié le par logo

 

Le reporter du magazine «l'Hebdo» séjournait à Bondy pour faire un blog.

par Ludovic BLECHER
QUOTIDIEN : mardi 20 décembre 2005

C'est «pour voir la France» que le news magazine suisse l'Hebdo a pris ses quartiers à Bondy. Depuis le 11 novembre, alors que le retour au calme se confirmait en banlieue parisienne, des journalistes ont élu domicile dans cette ville de Seine-Saint-Denis. Objectif : chroniquer, sur un blog (1) et de façon hebdomadaire dans le journal, la vie quotidienne en banlieue. En «immersion» totale, six reporters se sont relayés dans un hôtel puis dans un local prêté pour l'occasion par un club de foot. Dans cette pièce de 20 mètres carrés, un matelas a été installé pour permettre aux envoyés spéciaux de camper, comme ils disent. C'est là que Paul Ackermann, 28 ans, a pris son service le 16 décembre.

«Je m'amusais bien, j'ai fait des virées avec les habitants pour voir dans quel genre d'endroits ils sortent», raconte-t-il. Il se sentait «en confiance» avec son environnement. Jusqu'à dimanche soir. Vers 21 heures, «un jeune Black d'une vingtaine d'années sonne à la porte». Le reporter ouvre. «Il m'a demandé s'il y avait des gens du club, raconte Paul Ackermann. Je lui a répondu : "Non, juste un journaliste."» «Une demi-heure plus tard, il [son agresseur] revient, poursuit le blogueur sur son site. J'ouvre à nouveau. Mais cette fois-ci il est accompagné. Un autre, masqué, surgit de derrière le mur. Je tente violemment de refermer la porte mais ils la bloquent et giclent du gaz lacrymogène dans toute la chambre.» Paul se met à crier et, durant une minute, ses agresseurs tentent de forcer l'entrée avant de s'enfuir.

Que voulaient-ils ? «L'ordinateur ou le départ de l'Hebdo s'interroge Paul Ackermann. Hier, il n'avait toujours pas la réponse mais, en accord avec sa rédaction, il a décidé de ne pas porter plainte. «Le président du club et ses amis étaient très choqués. Ils ont pris ça comme une attaque personnelle mais ils ne voulaient pas que la police s'en mêle», dit le jeune homme. Son rédacteur en chef, Alain Jeannet, assure: «Si ça se détériore, on déménagera.» Mais pas question d'arrêter le blog. D'autant que l'audience a doublé depuis l'agression, avec 1 300 visiteurs hier. Paul sera donc remplacé comme prévu jeudi. Et d'ici à la fin février «toute la rédaction (25 personnes) y passera», promet l'Hebdo.

(1) www.previon.typepad.com/hebdo

-------------

tiré de http://www.liberation.fr/page.php?Article=346250

 

Commenter cet article

FRANCAIS.J 23/03/2006 20:31

je suis contre toute sorte d'agression ,mais les journalistes suisses
( certains) , n'écrivent pas la vérité dans leurs blogs ,il écrivent des choses qui blesse les autre ( agressions) sans autorisation ,beaucoups de bondynnois le savent des preuves noir sur
blanc ,certains suisse sont à deux doigts  de la justice francaise ,affiches un article ,avec photo d'un autre journaliste ,change
d'adresse internet de l'article pour que le plainant au auprés du droit du net ne le trouve pas ,c'est ça le journalisme  ,faites attentions
vous êtes dans un pays ,ou il ya des juges qui ne loupent personne
si on demande d'etre respecter on doit respecter les autre et les regles de leurs fonctions ou missions et les lois du pays qui vous acceuillent la FRANCE .

AlterMan 24/03/2006 02:03

CF réponse de ton autre commentaire sur http://alter.over-blog.net/article-2212193-6.html ....Au fait, je ne suis pas suisse et suis généralement très respectueux de ceux qui m'entourent... à partir du moment où on m'explique comment l'être...Pour ce qui est des preuves qui contredirait cet article(si j'ai bien compris), je les attends avec plaisir... Car même si tu me prouves que j'ai eu tort de le croire, il prouvera encore plus la manipulation dont nous faisons tous les frais ( but principal de ce blog avant toute chose...) Bref, dans tous les cas, surtout en me prouvant que j'ai eu tort, tu m'aiderais à avancer dans la bonne direction...Alors n'hésites pas SVP...