Dominique de Villepin pire que Nicolas Sarkozy... sur la route

Publié le par logo

PARIS (AP) - Dominique de Villepin et Nicolas Sarkozy sont épinglés pour la conduite de leurs chauffeurs dans l'hebdomadaire "Auto Plus" de mardi. Si le Premier ministre et le ministre de l'Intérieur étaient pénalisés pour les infractions routières commises par leur voiture officielle, ils auraient perdu respectivement 75 et 40 points de permis sur une distance parcourue de 50km !...

Les journalistes de l'hebdomadaire ont suivi les déplacements des deux hommes pendant trois semaines, dans la capitale et à l'extérieur, mesuré leur vitesse à l'aide d'un radar perfectionné et "immortalisé" les fautes grâce à un appareil photo et une mini-caméra numérique.
Photographies à l'appui, "Auto Plus" recense les différentes infractions au code de la route allant des feux rouges brûlés, rues prises à contre-sens (soit -60 points pour Villepin et -32 pour Sarkozy), les excès de vitesse (-5 points pour les deux membres du gouvernement) et les incivilités comme emprunter la file des bus (-10 points pour le Premier ministre et -3 pour le ministre de l'Intérieur).
Pire, un motard de la police qui ouvrait le convoi de Nicolas Sarkozy a été victime d'un accident sans gravité en voulant griller un feu: il a percuté une voiture arrêtée au feu devant l'esplanade des Invalides...
Le ministère de l'Intérieur a réagi en soulignant dans un communiqué lundi soir que les déplacements du ministre "s'effectuent conformément aux règles de sécurité".
"Les menaces liées à la fonction du ministre de l'Intérieur, comme d'ailleurs à d'autres autorités de l'Etat ou personnalités étrangères justifient l'adoption de certaines mesures particulières de protection. Il en est ainsi lors des déplacements routiers et les mesures mises en oeuvre prennent toujours en compte la sécurité des tiers", précise le ministère dans un communiqué.
Sur la route, ainsi, "les déplacements s'effectuent dans un environnement sécurisé afin d'éviter tout danger pour les autres usagers: le véhicule des autorités, en l'occurrence du ministre est précédé de motards de la police nationale qui fixent les règles et le rythme de progression (vitesse, priorité notamment) et s'assurent du mouvement des véhicules en sécurité".
En outre, "conformément aux dispositions du code de la route (art. R. 411-28), il est rappelé que les injonctions données par ces agents prévalent sur toutes signalisations, feux de signalisation ou règles de circulation. L'ensemble de ces conditions sont réunies lors des déplacements du ministre", conclut le communiqué.

© AP - (lundi 28 novembre 2005, 19h24)

Commenter cet article