LE DRAPEAU DE L'EUROPE

Publié le par logo

tiré de http://www.onnouscachetout.com/forum/index.php?showtopic=13408
------

"C'est une question apparemment simple, mais en réalité extrêmement délicate; le type de problème sur lequel on se casse le nez."
Paul-Henri SPAAK


CINQ ANS DE GESTATION

La séance inaugurale de l'Assemblée Européenne eut lieu à Strasbourg le 10 août 1949 sous la présidence d'Edouard HERRIOT.
Le premier président de l'Assemblée Européenne fut Paul-Henri SPAAK, et Strasbourg était devenue la capitale de l'Europe.
L'Europe, les Etats-Unis d'Europe, c'était pour demain ! Il fallait un symbole, un drapeau pour cette Europe naissante.
Dès le mois d'août 1950, le bureau de l'Assemblée est saisi du problème... de l'emblème.
«Etudiez, voyez, consultez les sous-commissions, les commissions, les groupes de travail, l'Assemblée, le comité des Ministres. Vous êtes pressés ? Vous avez raison de l'être,  mais ici, il faut se hâter lentement. Vous croyez pouvoir brûler les étapes ? Vous me devez un dîner par session ou partie de session pendant laquelle l'emblème ne sera pas adopté ! »
Monsieur SPAAK avait une grande expérience politique; plus de cinq ans et de longs débats seront nécessaires avant d'aboutir, ce qui lui aura valu sept dîners !...
Une enquête du secrétariat général sur un projet d'emblème reçut plus de cent réponses. Les symboles proposés furent fréquemment la «croix», le «E», les  «étoiles multiples», le «blason de la ville de Strasbourg», le «Soleil», le «triangle».
Douze projets furent retenus par le secrétariat général. L'accord se fit sur le bleu azur et les étoiles d'or.  Pourquoi le bleu? L'Afrique est le continent noir; l'Asie le continent jaune; l'Amérique le continent rouge;  l'Océanie le continent vert; l'Europe serait le «continent bleu » défendirent plusieurs députés.
Pour les étoiles ont retint le nombre 15 car, à cette époque, le Conseil de l'Europe comportait quatorze membres et un membre associé : la Sarre. C'est ainsi qu'en septembre 1953, à l'unanimité, la Commission du règlement et des prérogatives adoptait le drapeau de l'Europe à 15 étoiles d'or sur champ d'azur.
Le 25 septembre, en séance publique, un député soulève un problème politique : pour l'Allemagne, la Sarre n'est pas un état. Tous les députés allemands votent contre. Bien que le vote du projet de résolution fut immédiatement applicable, l'esprit diplomatique l'emporta pour qu'il y eut un drapeau unique pour toute l'Europe.
En 1954, le choix de l'emblème était renvoyé à un comité «ad hoc».

NAISSANCE DU DRAPEAU

Le comité revint alors aux étoiles d'or et choisit définitivement 12 étoiles, en leur donnant un sens purement symbolique de peuples. Sur le fond bleu du ciel, le cercle de douze étoiles d'or figurait donc simplement l'union des peuples d'Europe.
Après avis des commissions du règlement et culturelle le projet de recommandation de cet emblème fut soumis à l'Assemblée Européenne dans sa séance du 25 octobre 1955. Il fut approuvé à l'unanimité.
Le 8 décembre 1955 l'emblème du Conseil de l'Europe était adopté définitivement par le Comité des Ministres. Le fait a été annoncé à la presse le 10 octobre ;  l'emblème a été officiellement inauguré à l'ouverture du Comité des Ministres le 13, à 10 heures.
Alors que le drapeau du Conseil de l'Europe a été hissé devant la Maison de l'Europe à Strasbourg, il était déployé à Paris dans le château de la Muette où les ministres des Affaires Etrangères se réunissaient sous la présidence de l'Irlandais Liam COSGRAVE : «Le Conseil de l'Europe est représenté dans cet emblème sous la forme d'un cercle fermé d'étoiles. Ces étoiles ne représentent ni des pays, ni des états, ni des races. Leur nombre restera invariable : douze est le symbole de la perfection et de la plénitude, comme l'union de nos peuples devrait être. »
C'est Monsieur Paul M.G. LEVY, premier directeur du Service de Presse et d'Information du Conseil de l'Europe, qui fut chargé de trouver les raisons et l'explication à donner sur le chiffre 12.
« II y eut la loi des 12 tables de Rome, il y a les 12 fils de Jacob, les 12 apôtres, les 12 mois de l'année, les 12 heures du jour, les 12 signes du zodiaque représentant l'univers entier. Le chapitre 12 de l'Apocalypse, verset un, fait état d'une vision impressionnante : un grand signe apparut dans le ciel, une femme vêtue de soleil avec la lune sous ses pieds et sur la tête une couronne de 12 étoiles...»
En 1962 on s'aperçut, enfin, que c'était la même couronne qui, depuis trois siècles, brillait au plafond de la salle où fut signée, à Rome, la Convention Européenne des Droits de l'Homme, dans une fresque de Pietro CORTONA (1596-1669).

Raymonde DUMEZ
Président groupement Midi-Pyrénées

Description héraldique : d'azur à un cercle composé de douze étoiles d'or à cinq raies dont les pointes ne se touchent pas.
Bibliographie :
— «Le drapeau de l'Europe» par Robert B1CHET,
député de l'Assemblée du Conseil de l'Europe (1949-1969). Vice-président de cette Assemblée. Président du «comité ad hoc pour un emblème européen» et rapporteur devant l'Assemblée.
— Interview presse écrite de M. Paul M.G. LEVY.

-----------------------------------------------------

LE DRAPEAU DE L'EUROPE

L'article consacré à la création du drapeau de l'Europe par Raymonde DUMEZ nous a amenés un complément d'information adressé par Gérard PANIER, d'Amiens, et extrait d'un bulletin paroissial déjà ancien. C'est avec plaisir que nous en faisons profiter nos lecteurs.
«Au mois d'août 1987, je me trouvais par hasard devant le Carmel de Lisieux..
Un monsieur m'aborda et me dit : "Je suis de Strasbourg. C'est moi qu'on a chargé de dessiner le drapeau de l'Europe. Inspiré par dieu, j'ai conçu un drapeau bleu sur lequel se détachent les douze étoiles de la Médaille Miraculeuse de la rue du Bac. Si bien que le drapeau de l'Europe est le drapeau de Notre-Dame : fond bleu, douze étoiles (apo. XII). Je vous dis cela, mon Père, parce que vous portez sur votre poitrine la petite croix de l'Armée bleue. Le drapeau de l'Europe a été adopté le plus officiellement du monde. Toutes les nations de l'Europe ont voté. Les Anglais hésitaient. Personne ne savait d'où venait cette idée : fond bleu, douze étoiles. Finalement, tout le monde a signé."
En me racontant tout cela, le dessinateur du drapeau, qui est profondément chrétien, était fou de joie. C'est un véritable miracle que ce drapeau ait procédé d'une telle inspiration mariale. Tous les habitués de la rue du Bac, en apercevant le drapeau, y ajouteront par la pensée et par le cœur, au beau milieu de ce fond bleu, le Reine du Paradis, qui était déjà la Reine de France, et devient ainsi Reine de l'Europe.»

Abbé Pierre CAILLON

Publié dans Histoire européenne

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article